Benelli MOC 900 du Bol d’Or 1977

1977 : Motobécane est l’importateur en France des Benelli et le jeune directeur de ce département, Denis Bacholle, tient à promouvoir la fameuse Benelli 750 six cylindres qui ne connaît guère qu’un succès d’estime. Une solution : la course, et comme la Benelli Sei de base n’est pas de taille à lutter contre les grands noms de la course, elle se démarquera par un concept hors du commun.

Cliquer pour agrandir les photos et accéder aux légendes – Photos © F-M. Dumas/moto-collection.org 

Le maître d’œuvre en est Philippe Moch pilote de side-car et plasturgiste, aussi connu pour ses records de vitesse sur un attelage Kawasaki de sa conception que pour ses réalisations industrielles (la structure des sièges en fibre de carbone du Concorde par exemple ou ses travaux sur les Renault F1). La construction de la Benelli du Bol baptisée R700/77 est achevée en à peine six mois par l’équipe des sept techniciens de Moc et elle fait ses premiers essais à peine quinze jours avant l’épreuve. Un premier record. Le moteur du six cylindres a été retravaillé en profondeur et porté de 750 à 890 cm3. Avec sa culasse retravaillée, la puissance passe de 76 chevaux à 9000 tr/min à 85 chevaux 500 tr/min plus haut. L’allumage électronique est une fabrication maison et le bloc moteur est surélevé de 5 cm pour améliorer la garde au sol. Le chassis révolutionnaire associe un léger treillis tubulaire supérieur à une coque autoporteuse sous le moteur qui fait office de réservoir d’essence avec un remplissage rapide par une valve Zénith. Dessinée en France cette coque est fabriquée en Grande-Bretagne par un ancien technicien chez Mac Laren. Une référence. La coque et son monobras oscillant ne pèsent que 7 kilos avec une contenance réglementaire de 24 litres de carburant. Autre originalité, les roues de 18 pouces sont à voile plein en aluminium repoussé, une réalisation plus légère que les classiques jantes à bâtons. Comme sur les F1 la roue arrière possède un moyeu pneumatique et peut être ôtée en 6 secondes. Le carénage imposant est en kevlar et l’ensemble de l’habillage n’avoue que 7 kg. Dernière originalité enfin, et sans doute la plus impressionnante, les six tubes échappements qui s’enroulent en spaghettis vers le côté droit, réalisés eux aussi par un spécialiste de la Formule 1, ont tous une longueur de 1,52 m soit 9,12 m de tubes ! Ces efforts impressionnants du concepteur Philippe Moc et de son équipe ne seront pourtant guère récompensés. Les deux motos, finies trop tard, manquent de mise au point et enchaînent les problèmes. Celle de Thierry Espié et Michel Baloche abandonne à la cinquième heure et si celle de Raphël de Montrémy et Denis Boulom finit la course, 23e et non classée, elle n’aura parcouru que 865 km en 24 heures alors que l’équipe vainqueur de Christian Léon et Jean-Claude Chemarin sur Honda ont parcouru 3235 km à 134,6 km/h de moyenne. Les Benelli-MOC ne reprendront jamais la piste.

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Benelli MOC 900 du Bol d’Or 1977

  1. Pitou dit :

    Quel bel exercice! Dommage du peu de résultats probants.
    Des « super collectors » à n’en pas douter !

  2. Bourdache dit :

    « Jantes à bâtons » ! T’as pas honte FMD ? Tu conduis une voiture en tournant les bâtons du volant ? ! ? Pour cette fois, ça passe mais ne recommence pas

  3. Gigi dit :

    Je crois me souvenir que l’une d’elle a répandu ses entrailles lords d’une lointaine journée Moto-Légende , à l’époque de l’anneau …

  4. fmd dit :

    Nan, même pas honte d’abord!