Brooklands au féminin

Suivez-moi pour cette page spéciale « femmes motardes » sur le très vieil et très célèbre autodrome de Brooklands. Inaugurée en 1907, la fameuse piste ovale, relevée de 30 ° dans les courbes, fait 4,3 km et, pire encore qu’à Montlhéry, son béton rapiécé au fil des ans deviendra vite un cauchemar pour les coureurs ce qui n’empêchera pas motos et voitures d’y collectionner un nombre impressionnant de records de vitesse. Dés les années 20, l’autodrome construit en zone très urbanisée, dans le sud-est de l’Angleterre à une trentaine de kilomètres de Londres, suscite l’ire des locaux qui se plaignent du bruit. Ainsi naissent les fameux silencieux type Brooklands (queue de poisson pour nous français) rendus obligatoires à partir de 1924 pour tous les véhicules courant sur l’autodrome. En 1939, Brooklands ferme ses portes pour se consacrer exclusivement à l’usine aéronautique Vickers et, , la vieille piste irrémédiablement endommagée par les bombardements ne rouvre pas après les hostilités, au grand plaisir des riverains. 

Quel style !… C’est Miss Billie Painter lancée à près de 130 km/h (c’est ce que nous dit la légende de la photo !) sur l’autodrome de Brooklands au guidon de sa 250 Excelsior lors  de la première course des dames en 1926.

Quel style !… C’est Miss Billie Painter lancée à près de 130 km/h (c’est ce que nous dit la légende de la photo !) sur l’autodrome de Brooklands au guidon de sa 250 Excelsior lors de la première course des dames en 1926.

En Grande-Bretagne, comme d’ailleurs en France et en Allemagne, quelques rares femmes brillent dans les grandes épreuves motocyclistes et en particulier en endurance. En 1922, Gwanda Hawkes couvre ainsi deux fois douze heures (interdiction d’utiliser l’autodrome de nuit à cause des plaintes des voisins !) à 71,8 km/h de moyenne au guidon d’une 250 Trump-Jap. C’était une exception, car il faut attendre 1926 pour que l’autodrome de Brooklands s’ouvre ses courses aux femmes et encore, à la condition qu’elles courent entre elles ; elles n’auront le droit de se mêler aux hommes qu’en 1932 ! Pour fêter cette première admission, le « London Ladies Motorcycle Club » organise le 27 septembre 1926 « The Ladies’ Day », la première course réservée aux femmes dans l’histoire du motocyclisme britannique. Une épreuve qui se résume en fait à une démonstration sur un tour du circuit, mais la mode est lancée et la tradition se poursuit jusqu’à la guerre. Les filles jumelles du très célèbre Archer, concessionnaire à Aldershot et grand mécène de maintes réalisations spéciales s’y distinguent particulièrement. Joan et Thelma Archer ont tanné leurs cuirs pour battre nombre de records sur longue distance sur un 98 cm3 culbuté à moteur Atom-Jap. Le 27 octobre 1939, sur l’autodrome de Brooklands, elles battent huit records mondiaux sur 80 et 100 km, 80 et 100 miles, et deux et trois heures en deux catégories différentes avec une moto spéciale construite par leur père sur la base de ce moteur Jap.

Le London Ladies Motor Club, présente ses participantes en 1926. A droite, les sœurs Joan et Thelma Archer.

Le London Ladies Motor Club, présente ses participantes en 1926. A droite, les sœurs Joan et Thelma Archer.

Thelma Archer au guidon de son « Archer spéciale » lors des records 29 octobre 1939

Thelma Archer au guidon de son « Archer spéciale » lors des records 29 octobre 1939