Brough Superior 1000 Golden Dream 1938

Caramba encore raté ! George Brough n’aura décidément pas eu de chance avec ses quatre cylindres.(voir les articles précédents dans ce blog) Rêve avorté en 1927 avec un V4 face à la route, problème technique avec un quatre en ligne présenté en 1928 dont le moteur est étudié par MAG, production confidentielle enfin (huit exemplaires) pour l’étonnante Brough Superior 800 Straight Four de 1931 à moteur Austin et double roue arrière. Têtu, George Brough remet le couvert pour le salon 1938 avec une technique innovante : un quatre cylindres en H, en d’autres mots deux flat twins superposés dont les vilebrequins sont accouplés par engrenages. Un concept onéreux particulièrement compact et théoriquement dénué de vibration. (la description complète est ici). Plus que jamais cet ultime quatre cylindres mérite le titre de Rolls Royce de la moto et pour parfaire son image de rêve, elle est présentée au salon émaillée or et baptisée Golden Dream. (Est-ce en y pensant que Honda baptisa son haut de gamme Gold Wing en 1975 ?).

Photos et archives FMD/moto-collection.org – Les liens en bleu renvoient à la fiche descriptive de la moto ou aux sites en rapport

Brough Superior 1000 Golden Dream-03

La Brough Superior 1000 Golden Dream dans le grand hall du National Motorcycle Museum à Birmingham

Aussi bien armé, le rêve de George allait-il enfin se réaliser ? Eh bien non une fois encore et pas de sa faute cette fois , mais après quelques mois fort agités la Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939 et Brough Superior va se consacrer à des fabrications beaucoup moins pacifistes.

Hélas, le développement de cette machine de rêve a coûté une fortune à la marque et si tentant que soit le projet il est loin d’être finalisé. L’outillage nécessaires à sa production en (petite) série n’est pas prêt et la commercialisation est hors de question après guerre. George Brough semble pourtant toujours espérer et il passe une publicité en décembre 1948 annonçant sa mise en production imminente. Hélas les machines-outils annoncées ne sont qu’un rêve. L’usine ne produit plus que des pièces de rechange avec lesquels elle monte quelques bicylindres, mais Royal Enfield et Jap ne peuvent plus fournir. George Brough tentera sans succès de s’allier à Gilera pour produire la quatre cylindres de la marque italienne, il pensera aussi, plus prosaïquement à construire sous licence le scooter Jawa Cezeta qu’il utilise d’ailleurs lui même pour ses déplacements. Il est hélas trop tard et George Brough annonce en août 1964 que la production cesse définitivement. La Golden Dream n’a été produite qu’à deux exemplaires prototypes dont l’un trône dans le grand hall d’entrée du National Motorcycle Museum de Birmingham.

Brough Superior 1000 Golden Dream-dm6Les deux vilebrequins superposés de la Golden Dream tournent en sens inverse et sont accouplés par des engrenages à taille droite. Les bielles en alliage léger et en fourche permettent un alignement parfait des cylindres antagonistes et la taille des volants d’équilibrage participe à l’élimination totale vibrations. L’éclaté moteur montre aussi l’entraînement des arbres à cames et celui de la pompe à huile par deux chaînes séparées.

Brough Superior 1000 Golden Dream-dm5

 

GàD: G. Brough, Barry Robinson, Tich Allen, John Griffith et Ernie Blacknell - photo dans la cantine de l'usine où la Golden Dream est exposée entourée de diverses pièces de précision fabriquée par la marque durant la guerre.

Fin du rêve : sur cette photo prise en 1956, la Brough Superior 1000 Golden Dream est exposée dans le hall de la cantine de l’usine entourée de diverses pièces de précision réalisées par Brough Superior durant la guerre. De gauche à droite : George Brough, Barry Robinson, Tich Allen, John Griffith et Ernie Blacknell, tous en habits motocyclistes comme on peut le remarquer.

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

4 commentaires sur “Brough Superior 1000 Golden Dream 1938

  1. Albert Louis dit :

    Splendide machine et quel moteur, dommage pour le manque de réussite de George Brough, Louis

  2. Jackymoto dit :

    A noter en plus des habits motocyclistes signalés par FM, les pièces détachées fièrement exposées autour de
    cette machine (trop) compliquée. Actuellement, il y aurait plutôt des créatures pulpeuses et court vêtues, sûrement pour faire oublier les couleurs souvent tristes du plastique des machines modernes…
    Mon copain Anglais avait remarqué qu’il n’y avait pas de motos garées autour du bureau d’étude de chez Triumph (où il voulait se faire embaucher) et il en avait conclu ( justement) qu’ils allaient droit à la faillite…

  3. Queriel dit :

    Superbe machine un vrai bijoux
    Un chef. Une machine qui ressemble
    à une MOTO comme nous les aimons.

  4. Queriel dit :

    Bravo Monsieur continuer à nous faire rêver.

    Hubert Queriel

Comments are closed.