Les premières Yamaha en France

1962 : Les premières Yamaha débarquent en France et les fantastiques résultats de la marque en compétition vont bien les aider.

Publicité Yamaha en octobre 1963 : Importation par Sonauto, distribution par la station Amal.
Publicité Yamaha en octobre 1963 : Importation par Sonauto, distribution par la station Amal.

Clic sur les photos de droite pour agrandir et accéder aux légendes.

Photos archives www.moto-colection.org et Jean-Claude Olivier

La première Yamaha importée en Europe (à un seul exemplaire !) est une 250 YD2 vendue en Hollande en 1960. Il faut attendre un peu pour que les premières Japonaises débarquent en France. Printemps 1961 : On découvre chez Psalty les Honda modèles 1960 et Pierre Bonnet, commerçant avisé, a déjà signé avec Suzuki un mois plus tôt. Yamaha n’apparaît qu’en octobre 1962, chez Levallois-Motos, avant d’échoir à Sonauto… à la suite d’une partie de chasse ! Le quatrième larron, Kawasaki, n’arrive que début 1967, brièvement importé par Garreau avec quelques 250 Samurai avant d’être beaucoup plus brillamment repris par Xavier Maugendre et sa Sidem en décembre de la même année.

Revenons à Levallois et plus précisément à la station-service Amal qui annonce dans quelques rares publicités « Les Yamaha sont disponibles et nous recherchons des concessionnaires ». Sous cet intitulé se cachent (bien mal, car l’adresse est la même) Levallois-Motos et Dubois, son jovial patron. Un boss à l’ancienne, raconte un de ses clients, qui aime profiter de la vie, va à la chasse deux-trois jours par semaine et revient le lundi au magasin pour voir si tout va bien. Tout va d’ailleurs pour le mieux et la vente des BMW et BSA suffit à faire tourner la boutique. Dubois, contacté par Yamaha on ne sait trop pourquoi, ne tient pas à se compliquer la vie et parle de cette nouvelle affaire à son compagnon de chasse qui n’est autre qu’Auguste Veuillet qui a créé Sonauto en 1947 et importe les Porsche. Il est vite décidé que Sonauto va gérer l’importation tout en laissant au départ la distribution aux bons soins de Levallois-Motos comme annoncé dans une publicité du 13 octobre 1962.

On connaît la suite. Deux ans plus tard, en 1964, Gonzague Olivier, très lié à Auguste « Toto » Veuillet, avec qui il remporta les 24 heures de Paris en 1955 au volant d’une Porche Spyder, fait rentrer en stage chez Sonauto son fils Jean-Claude. Déjà bouillant d’activité, le jeune JCO se lance sur les routes de France au volant d’un fourgon Peugeot J7 transportant les quatre modèles Yamaha disponibles en 50, 80, 125 et 250 cm3. Une sorte de road show avant la lettre qui se révèle parfaitement fructueux. 117 motos sont vendues cette première année 1965, 330 en 1966, 550 en 67 et 1030 en 68. Quarante-cinq ans plus tard, le même Jean-Claude Olivier aura conduit la marque aux plus hautes marches du podium européen.

En octobre 1962, sur le trottoir du 56 de la rue Aristide Briand devant chez Levallois-Motos la gamme Yamaha se résume à quatre modèles : un 50, un 125 et deux 250 dont la YDS2 de 250 cm3, une sensationnelle sportive qui étonne le monde motocycliste, comme l’Adler allemande, son modèle, l’a fait dix ans plus tôt.

50 MF1

Labellé 50 MF1 Tourisme dans les premières publicités de Yamaha en France, cette version est en fait un MF2 préparée par l’usine pour la France avec une selle biplace. Tout comme le si célèbre Cub Honda, ce 50 cm3 est dépourvu de pédales et donc considéré chez nous comme un vélomoteur au même titre que les 125 cm3, ce qui explique la faible diffusion de ce type de 50 cm3 par rapport aux autres pays européens.

 125 YA 5

Si Yamaha s’est rapidement créé une réputation en 250, la marque a pris du retard en 125 cm3, la cylindrée de ses débuts, en 1954. La ligne encore très germanique de la première YA1 est modernisée, en 1958, avec l’originale YA2 et une YA3 suit sans grands changements en 1959, mais toutes deux conservent le monocylindre copié sur la DKW qui date sérieusement.La révolution arrive en 1961 avec l’YA5 (il n’y a pas de n° 4, chiffre porte-malheur au Japon) qui n’a rien à voir avec ses prédécesseures. Yamaha qui vient en effet d’absorber plusieurs marques dont Showa — une firme très avancée techniquement, en quatre comme en deux temps avec un moteur à distributeur rotatif inspiré par les réalisations de MZ en Allemagne — reprend cette disposition avec succès sur ses machines de course, 125 RA 41 et 250 RA 48 en 1961 et applique la même recette à la série.

La moto connaît alors des heures difficiles et Yamaha mis à mal par le coûteux échec de son scooter SC1 en 1960 ne peut plus se permettre de faux pas. La marque se diversifie avec des moteurs de hors-bord, et des coques de bateau en polyester et lance en 1961 cette YA5 qui sera la première Yamaha 125 importée en France. Son nouveau moteur de côtes super carrées alimenté via un distributeur rotatif annonce 10,5 ch à 6 500 tr/min. Elle conserve toutefois un cadre en tôle emboutie avec un simple tube devant le moteur. Le vrai cap ne sera franchi qu’en 1963 avec la YA-T1, première 125 Yamaha moderne et vraiment originale qui reprend les lignes sportives et le décor apparus sur les 250, et adopte un cadre tubulaire.

250 YD3

Si les 125 YA5 et 250 YDS2 sont d’avant garde en cette fin d’année 1962, la 250 YD2 a un petit air bien vieillot et rien d’étonnant à cela, car elle est la dernière de la génération des bicylindres Yamaha nés avec la 250 YD1 en 1957. Son moteur est calqué sur l’Adler MB 250, mais, contrairement à la première 125 Yamaha de 1954, les ingénieurs nippons ont ici dessiné leur propre partie cycle, remplaçant le double berceau de l’Adler par une poutre en tôle emboutie avec une suspension arrière oscillante plus moderne que la coulissante du modèle allemand.

Cette YD1 a un franc succès au Japon, sa production atteint 200 unités par mois dès avril 1957 et Yamaha va ainsi se hisser définitivement au rang des grands constructeurs. Parallèlement à sa nouvelle génération de 250 sportive (la YDS1 naît en 1959) Yamaha présente la même année la très utilitaire YD2. De même puissance que l’YD1, elle en corrige la plupart des défauts. Les carters moteurs sont redessinés, l’embrayage passe en bout gauche du vilebrequin, qui reçoit une dynastart à droite. La poutre supérieure du cadre est renforcée, comme le bras oscillant, et un tube supportant le moteur est rajouté sur l’avant. La 250 YD3 présentée en 1961 au Japon est l’ultime évolution de cette série qui s’éteint en 1963. Ses freins passent de 150 à 180 mm, elle offre 3 ch de plus, un nouveau carbu Mikuni de 20 mm, une boîte revue et le logo aux trois diapasons remplace le lettrage Yamaha sur le réservoir.

250 YDS 2

Pour un bureau d’études qui n’a même pas dix ans, le travail accompli est remarquable et la YDS2 est la plus performante des 250 japonaises de l’époque. Cette vraie sportive, néanmoins très utilisable en ville fait la nique aux 500 avec une vitesse de pointe de 145 km/h et un kilomètre départ arrêté en moins de 33 secondes. Performances obtenues sans aucune préparation, mais avec un bruit à l’échappement tout à fait hors normes aujourd’hui. Apparemment bien semblable à l’YDS3 qui lui succède en 1964, l’YDS2 n’a pas de caches latéraux pour la bonne raison qu’elle n’a pas de réservoir d’huile à cacher, ni le système Autolube de graissage séparé de la DS3 (un système assez sommaire avec une pompe mécanique à débit variable en fonction de l’ouverture des gaz qui injecte de l’huile dans l’essence dans une proportion de 1 à 5%. Le graissage sous pression des points critiques apparaît plus tard… chez Suzuki). Le moteur de la DS 2 s’enrichira sur la DS3 d’un troisième palier de vilebrequin. Grâce à ces améliorations successives les 250 Yamaha passent de 20 ch à 7 500 tr/min et 138 kg pour la DS1 de 1959 à 25 ch au même régime, et 17 kg de moins pour la DS2 puis 24 ch à 7 500 tr/min, 156 kg et 145 km/h pour la DS3 de 1964 et 28 ch à 8 000 tr/min et 155 km/h pour les dernières versions de 1967. De quoi enfumer tous les gros cubes anglais de l’époque. De la génération YDS2 dérivera, en 1962, un modèle compétition-client, la 250 TD1, qui va dominer toutes les courses mondiales et devenir, au fil des ans le symbole du constructeur japonais.

 

Fiches techniques

50 MF 2

Monocylindre 2 t refroidi par air – 50 cm3 (40 x 40 mm) – 3,5 ch/8 000 tr/min – Graissage par mélange – Démarreur électrique – Pneus 16’’ – 70 km/h

125 YA 5

Monocylindre 2 t refroidi par air – 123 cm3 (56 x 50 mm)- 10,5 ch/6 500 tr/min – Alimentation par distributeur rotatif – Graissage par mélange – Boîte 4 rapports – Démarreur électrique – Transmission par chaîne sous carter- Cadre tôle emboutie et tube avant – Suspensions av. télescopique, ar. oscillante à 2 combinés – Pneus de 16’’- Freins à tambour – 123 kg – 115 km/h.

250 YD 2 – 1960 (YD 3 – 1963)

Bicylindre 2 t refroidi par air – 247 cm3 (54 x 54 mm) – 14,5 ch/6 000 tr/min (17 ch) – Carburateur unique Amal (Mikuni Ø 20 mm) – Graissage par mélange – Allumage batterie 12V, bobine – Éclairage, démarrage par Dynastart – Embrayage en bout de vilebrequin – Boîte 4 rapports – Transmission par chaîne – Cadre poutre en embouti et tirant avant tubulaire – Suspensions av. télescopique, ar. oscillante – Freins à tambour Ø 150 (180) mm – Pneus 3,25 x 16″ 140 kg – 120 km/h.

250 YDS 2 (YDS 3)

Bicylindre 2 t refroidi par air – 246 cm3 (56 x 50 mm) – 25 ch/7 500 tr/min – Graissage par mélange (séparé) – 2 carburateurs – Allumage batterie/bobines – Boîte 5 rapports – Démarrage au kick – Transmission par chaîne – Cadre double berceau – Suspension av. télescopique, ar. oscillante à 2 combinés – Freins à tambour, av. double came – Roues de 18″ – Réservoir 14 l – 159 kg – 145 km/h.

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Les premières Yamaha en France

  1. Vieville Erick dit :

    Fin 62, j’ai vu arriver au boulot un collègue avec le 50 MF, moi qui roulait 175cc U2C â l’époque, ça nous avait fait drôle et on tournait autour avec beaucoup de curiosité ! Le brave garçon roulait aussi en Vespa 400 avec la quelle on se régalait sur la neige ( c’était en Savoie). Souvenirs ,souvenirs!

  2. jackymoto dit :

    Dans mon coin, les premières Yamaha étaient des 100cm3 . Leurs clignotants (et leur démarreur électrique
    si je me souviens bien) nous avaient étonné. Par contre elles ont très vite disparues de la circulation pour cause de pièces coûteuses et difficiles à obtenir …et en tant que mécano, je n’ai jamais digéré ça.
    l’YDS3 de Marcel le président du moto club régional s’était montrée beaucoup plus durable …et je regrette un peu de ne pas la lui avoir acheté quand il l’avait vendu une misère ( son frangin qui bossait à la concession a conservé sa 300 Honda).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *