Mc Evoy 1924-26: les 1000 British Anzani

L’une des fabuleuses motos de record que vous aurez l’occasion de découvrir les 23 et 24 juin prochains sur l’autodrome de Linas-Montlhéry à l’occasion du Café Racer Festival est la Mc Evoy 1000 V twin huit soupapes de 1924 : l’anti Brough !

Après le règne absolu des gros bicylindres en V américains, deux moteurs britanniques se livrent en effet à un duel sans merci dans la chasse au records de vitesse qui passionne les années 20 : Brough Superior se fait un nom avec JAP et un nouveau venu, Mc Evoy, s’y oppose avec les British Anzani.

Prestigieuse rencontre lors du Montlhéry Vintage Revival en 2013 de la première McEvoy 1000 huit soupapes de 1924 et de la version à quatre soupapes de 1926.
Prestigieuse rencontre lors du Montlhéry Vintage Revival en 2013 de la première McEvoy 1000 huit soupapes de 1924 et de la version à quatre soupapes de 1926.

La suprématie des Américains s’arrête lorsque Bert Le Vack rejoint JAP, la firme de J. A. Prestwitch à Tottenham en 1922 et le duel s’engage alors entre les deux motoristes, JAP et British Anzani, qui proposent chacun de gros bicylindre en V. Le plus célèbre étant, chez British Anzani, le fabuleux 1000 cmà simples arbres à cames en tête conçu par l’ingénieur belge Hubert Hagens et au guidon duquel Claude F. Temple signe nombre de records. Le plus marquant est établi sur l’anneau de Brooklands le 26 mai 1923 où il bat la limite mythique des 100 mph sur le kilomètre lancé en tournant à 162,9 km/h. En 1924, Michael Ambose Mc Evoy n’a alors que 20 ans, mais un sacré caractère et déjà une grande expérience. Il a fait ses études dans la prestigieuse école d’Eton où il s’est inscrit dès ses 14 ans (alors l’âge légal pour conduire une motocyclette en Grande-Bretagne) à un club motocycliste qui l’emmene régulièrement sur l’anneau de Brooklands. A 16 ans il court déjà sur une 350 Douglas et accumule les succès en diverses cylindrées face à des concurrents comme… George Brough ! Sorti d’Eton, le jeune Michael ne se tourne pas vers les grandes écoles britanniques comme d’usage, il se fait engager par Rolls Royce dans sa ville d’origine de Derby en tant qu’apprenti en mécanique. Ce qui lui laisse apparemment assez de loisirs obtenir quelques succès en course et développer sa propre moto autour d’un moteur une 1000 cmBritish Anzani à huit soupapes commandées par tiges et culbuteurs à l’air libre. Comme il est toujours employé chez Rolls Royce, Mc Evoy déclare alors n’être que le pilote de la machine qui est engagée à Brooklands en 1924 sous le nom de L. F. Ellis. La grosse originalité de cette Mc Evoy alias Ellis n’est cependant pas son moteur, mais son cadre dessiné par Mc Evoy lui-même, un triple berceau d’une rigidité inconnue à cette époque où la quasi-totalité de ses concurrents, Brough Superior en tête, se contente d’un simple berceau avec ou sans partie inférieure boulonnée, où le moteur participe à la rigidité.

La McEvoy de 1924 se distingue par son cadre « triple berceau » : un tube central boulonné au moteur plus un double berceau ininterrompu. Les double échappements de chaque cylindre en tubes flexibles sont conformes à l’original.
La McEvoy de 1924 se distingue par son cadre « triple berceau » : un tube central boulonné au moteur plus un double berceau ininterrompu. Les double échappements de chaque cylindre en tubes flexibles sont conformes à l’original.

Le succès est au rendez-vous et Michael Mc Evoy quitte Rolls Royce l’année suivante en 1925 pour se consacrer à sa propre entreprise. Il y est rejoint par Claude Temple pilote déjà fort célèbre dans le petit monde des chasseurs de records en particulier par son exploit à Brooklands en 1923 au guidon d’une British Anzani 1000 à simples arbres à cames en tête. Son association avec Mc Evoy lui permet d’obtenir l’exclusivité de la vente des Mc Evoy-Temple-British Anzani dans son magasin de Londres tandis que Mc Evoy consacre principalement ses talents de metteur au point en réglant la carburation de la fabuleuse British Anzani à ACT. L’association avec Claude Temple ne dure guère cependant et la Mc Evoy-Temple-British Anzani change une nouvelle fois de nom pour devenir une OEC-Temple-British Anzani. Temple est remplacé chez Mc Evoy par un autre  grand talent, George W. Patchett qui vient de quitter George Brough. On lui devra plus tard les FN des records puis les Jawa de route comme de course. Côté finances, la jeune firme de Michael Mc Evoy a par ailleurs trouvé un appui confortable en s’associant avec C.A. ‘Archie’ Birkin, frère de Sir Henry Birkin, aussi riche que célèbre par ses succès au volant des automobiles Bentley. Archie Birkin court sur les Mc Evoy et devient directeur de la société en 1926.

Les quatre soupapes par cylindre et la culbuterie sont entièrement à l’air libre sur la version 1924.
Les quatre soupapes par cylindre et la culbuterie sont entièrement à l’air libre sur la version 1924.
La huit soupapes de 1924 n’a qu’un carburateur simple cuve. Notez les deux bougies de rechange sous la selle et l’agencement avant du cadre.
La huit soupapes de 1924 n’a qu’un carburateur simple cuve. Notez les deux bougies de rechange sous la selle et l’agencement avant du cadre.

Le 996 cm3 Mc Evoy-British Anzani, développé en 1924, revendique 45 chevaux à 4 000 tr/min et plus de 190 km/h (il sera chronométrée à 180 km/h aux mains d’un pilote belge A. Breslau qui bat un record du kilomètre lancé en son pays). Il est monté avec une boîte Sturmey Archer à trois rapports, une fourche à parallélogramme type Druid à deux ressorts latéraux, un amortisseur de direction, une pompe à huile mécanique et un carburateur Binks à deux gicleurs. Mc Evoy le présente au salon de Londres 1925 aux côtés d’une Mc Evoy 500 à moteur JAP et d’une 350 animée par une mécanique Blackburne.

Beaucoup plus civilisée, cette version super sport de 1926-27 se posait en concurrente des Brough Superior. La magnéto latérale est entraînée par un couple conique et les gros freins à tambour étaient achetés à Royal Enfield.
Beaucoup plus civilisée, cette version super sport de 1926-27 se posait en concurrente des Brough Superior. La magnéto latérale est entraînée par un couple conique et les gros freins à tambour étaient achetés à Royal Enfield.
Distribution semi-enclose sur la Super Sport de 1926. Carburateur Binks double cuve, un bien joli carter de chaîne primaire et un échappement avec un silencieux deux-dans-un en aluminium.
Distribution semi-enclose sur la Super Sport de 1926. Carburateur Binks double cuve, un bien joli carter de chaîne primaire et un échappement avec un silencieux deux-dans-un en aluminium.
Le carburateur double cuve de la version 1926 qui, comme les autres motos super sport de l'époque, était prévue pour fonctionner au mélange essence/benzol.
Le carburateur double cuve de la version 1926 qui, comme les autres motos super sport de l'époque, était prévue pour fonctionner au mélange essence/benzol.
Présentation de la 1000 McEvoy de 1926 au concours de la Villa d’Este en 2013.
Présentation de la 1000 McEvoy de 1926 au concours de la Villa d’Este en 2013.
Bouchon de gauche pour l’huile et à droite pour l’essence. Le compteur de vitesse Bonniksen de cette version 1926 est gradué jusqu'à 100 mph (161 km/h).
Bouchon de gauche pour l’huile et à droite pour l’essence. Le compteur de vitesse Bonniksen de cette version 1926 est gradué jusqu'à 100 mph (161 km/h).

Chez British Anzani, la construction se simplifie au fil des ans. Après les 1000 bicylindres en V à simples ACT, puis le moteur culbuté à huit soupapes utilisé par Mc Evoy en 1924, les versions 1925 et 26 reviennent à de simples culasses à deux soupapes culbutées avec toutefois une nouveauté puisque la culbuterie est en partie enfermée dans un carter en aluminium et correctement lubrifiée par la pompe à huile entraînée par couple conique avec la magnéto sur le côté droit. Le moteur de 996 cm3 (78 x 104 mm) promettait d’emmener cette Super Sport à plus de 150 km/h en version routière sans modification.

La 1000 McEvoy de 1925 au départ de la coupe Flamand en 1926 où elle sera chronométrée à 160 km/h.
La 1000 McEvoy de 1925 au départ de la coupe Flamand en 1926 où elle sera chronométrée à 160 km/h.
Cette photo prise en Belgique est datée de 1926, mais il s’agit d’une version de 1925 encore équipée d’une fourche type Druid à deux ressorts latéraux. Le double carburateur était une option.
Cette photo prise en Belgique est datée de 1926, mais il s’agit d’une version de 1925 encore équipée d’une fourche type Druid à deux ressorts latéraux. Le double carburateur était une option.
La version Super Sport 1925 toujours à moteur British Anzani, en Belgique en 1926. (archives Yves Campion)
La version Super Sport 1925 toujours à moteur British Anzani, en Belgique en 1926. (archives Yves Campion)
Catalogue Mc Evoy 1926.
Catalogue Mc Evoy 1926.
La 1000 Mc Evoy a abandonné son original triple berceau pour un double berceau moderne et classique.
La 1000 Mc Evoy a abandonné son original triple berceau pour un double berceau moderne et classique.
Toujours à la recherche d’une possibilité de remplacement rapide des ressorts, British Anzani propose aussi en 1925 ce curieux arrangement avec les ressorts de soupapes au-dessus des culbuteurs. (MotorCycle 15/10/1925)
Toujours à la recherche d’une possibilité de remplacement rapide des ressorts, British Anzani propose aussi en 1925 ce curieux arrangement avec les ressorts de soupapes au-dessus des culbuteurs. (MotorCycle 15/10/1925)

Fiche technique Mc Evoy 996 Long stroke 1926

Moteur British Anzani 996 cm3 (alésage x course 78 x 104 mm) – 45 ch/4000 tr/min – 2 soupapes en tête totalement encloses avec les culbuteurs – Chambre de combustion hémisphérique et conduits d’admission et d’échappement polis – Pistons aluminium – Compression 6 à 1 – Graissage à huile perdue et pompe mécanique vers le carter et la culbuterie – Allumage magnéto ML ou Lucas entrainée par un couple conique commun avec la pompe à huile– Carburateur Binks à double gicleur – Boîte séparée Sturmey-Archer 3 rapports par levier direct – Cadre double berceau en tubes d’acier brasés – Suspension avant à parallélogramme type Druid avec amortisseur de direction Mc Evoy – Hauteur de selle 660 mm –  Pneus 3,00  x 21 ‘ – Réservoir essence 11,5 l, huile 4,5 l – 160 km/h.

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs obligatoires sont indiqués avec *

One thought on “Mc Evoy 1924-26: les 1000 British Anzani

  1. François Arsène dit :

    Bravo et merci de parler de cette marque qui est, selon moi, plus enviable et plus variée, mécaniquement parlant, que les Brough Superior, qui sont aussi de très belles machines dont le battage médiatique a fait connaître le nom au grand public