Quizz: Les secrets de la Giacomasso… enfin presque !

23 juin 2015 : Un petit quizz pour occuper vos vacances. Qui en sait plus que moi sur cette moto et sa technique ?

Et bien on a découvert de drôles de trucs !… 

Giacomasso 250-1929-3
26 juin 2015 : Le jeu est fini, ou presque et voici toutes nos connaissances actuelles sur cette moto insolite.

(et pour d’autres motos à pistons opposés, c’est en cliquant là.)

Pour la petite histoire ces photos proviennent d’un fond de quelques centaines de pellicules que j’ai récupéré en vrac… et au terme d’un long classement voici enfin, l’autre face de ce moteur ébouriffant ! Découverte.

Giacomasso 250-1929-1

Il s’agit d’un 250 Giacomasso petite marque qui sévit de la fin des années vingt au milieu des années trente près de Turin. Giacomasso a débuté avec un 125 cm3 à double piston de Della Ferrera et on peut supposer que cette 250 datée de 1929 possède des pistons opposés dans le style des moteurs Laguesse. Ce qui n’explique pas les soupapes que l’on devine à l’admission et à l’échappement avec leurs volumineux ressorts en épingle. Il s’agit sans doute d’une réalisation unique, mais on en sait pas plus. Recherches plus précises en cours auprès des spécialistes de la chose et toute information complémentaire est bienvenue ! 

ita_storia_2008_11_novembre-idct258idlv40_Page_05 - copie

La première réalisation de Giacomasso en 1926 avec un moteur Della Ferrera à double piston. (photo empruntée à « La Manovella » revue officielle de l’ASI)

Abra sport à moteur Della Ferrera

Abra sport à moteur Della Ferrera

Patrick Delli, passionné comme moi par les mécaniques insolites, m’envoie le résultat illustré de ses cogitations sur cette fameuse Giacomasso et ses supputations semblent fichtrement logiques. 

11063773_10205799424377771_954176940499555760_n - copie

« Moi, je le vois comme ça. Deux arbres à cames, en avant et en arrière, culbuteurs pareils, deux soupapes… Magnéto en avant du moteur. On voit sur ta photo un carter qui, vu sa forme, contient bien ces 4 pignons plus la bielle longue. De ce côté, on en déduit donc 2 cames puisque l’on voit les culbuteurs en avant et en arriére, on ne voit pas les soupapes, elles peuvent être genre piston, mais on voit bien leurs ressorts de rappel en épingle…! Après avoir bien cogité sur la photo, il me semble détecter un rapport 1/2 entre pignon moteur et pignons came/magnéto… Il pourrait donc bien s’agir d’un 4 temps à pistons opposés d’où les soupapes… »     Patrick Delli      

Bravo Patrick,  car voici en gros plan l’autre face du moteur que, je le précise, tu n’avais pas vue avant de faire ton dessin.Giacomasso 250-1929-2

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

7 commentaires sur “Quizz: Les secrets de la Giacomasso… enfin presque !

  1. François Arsène dit :

    Comme Patrick Delli, j’y vois moi aussi un 4 temps à pistons opposé. Il ne semble pas y avoir de vilebrequin en partie haute alors y a -t-il une biellette de chaque côté connectées à deux manetons décalés portés par le vilebrequin inférieur ? En version diesel 2 temps on connaît de nombreux exemples comportant deux vilebrequins : Junker pour avion, locomotives Fairbanks etc. Chez nous il y eut les tracteurs MAP (Manufacture d’Armes de Paris) où je crois me souvenir que les pistons attaquent le vilebrequin par l’intermédiaire de basculeurs.

  2. Colin Debuchy dit :

    Il me semblait que les premiers moteurs à pistons opposés avait été “inventé” et fabriqué par SULZER suite à un de leur brevet…non ?
    C’était en effet du diesel 2 temps avec deux vilebrequin…je n’en ai vu que sur plans, jamais en réel.
    Colin

  3. Patrick Delli dit :

    Bonjour FMD…

    Malheureusement, ton gros plan me confirme que si le moteur est bien vers 29/30, la partie cycle est plus que moderne. Quelqu’un a du trouver le moteur tout seul et ca ne lui a pas suffit…

    Indices:
    fixation de la boite,
    angles plus que bizarres du double berceau et de la fourche arriere.
    Ce n’est pas un moteur de course, donc elle devrait etre haussee en 19 pouces au max. La c’est du 21 pouces etroit que je ne connais qu’apres WW2 sur les petites italiennes de courses genre MV 125
    Fixations plus que comiques des 2 carters de chaine.
    Le reservoir ne va pas avec le cadre, dito pour la selle et son montage.
    Le moteur, d’origine, semble se monter via 2 platines genre Harley WL, une devant une derriere. Ce cadre n’en tient pas compte…

    Bon, j’arrete la… Amities…

    Patrick

  4. Patrick Delli dit :

    Addition

    La fourche webb a une bonne gueule de fourche Ladetto Blatto…

    Patrick

  5. fmd dit :

    Tout à fait d’accord, le collectionneur a du retrouver le moteur et l’assembler avec des pièces de diverses parties cycles. Il est d’ailleurs étonnant que les (rares) écrits sur Giacomasso ne parlent pas de cette réalisation qui était sans doute un prototype jamais finalisé. On peut supposer que le piston du haut est commandé par des biellettes comme sur les moteurs Laguesse. Cette moto vendue en Grande Bretagne il y a une dizaine d’année appartient à un collectionneur qui nous en dira peut être plus s’il lit ce blog !

  6. fmd dit :

    On lit l’historique suivant sur http://www.italian-cars-club.com/italian-cars-club-forum/viewtopic.php?f=126&t=36665 : Après un brevet déposé par Junkers et Oechelhausser en 1892 pour un moteur au gaz, c’est la firme Gobron-Brillié qui rachète le brevet en 1898. Ils produiront un bicylindre à pistons opposés à 4 temps de 2,3l de 8 ch puis des 4 et 6 cylindres jusqu’en 1923. Dans chaque cylindre deux pistons se déplacent de façon opposé. La chambre de combustion était faite par les deux pistons se retrouvant aux point mort haut.

  7. Colin Debuchy dit :

    J’ai appris quelque chose ! Merci !

Comments are closed.