Trésor public en solde !

Mise à jour : Merci à tous de ces témoignages. Tout le monde de la moto ancienne est scandalisé. Le lien vers ce blog sur Facebook a reçu près de 6000 visites en deux jours !  Entre-temps la FFVE a été contactée et a promptement agi auprès du ministère de la culture qui se penche sérieusement sur la question. Le problème est de définir si la collection est considérée comme un bien privé ou public. Dans le premier cas, il risque fort de n’y avoir rien à faire, dans le second, il y aurait du avoir un appel d’offres et une nouvelle estimation et la vente pourrait être remise en question. Le parti d’opposition d’Amnéville a d’ores et déjà déposé un recours.

 

– La collection Chapleur bradée en catimini –

 Un conseil municipal peut-il faire n’importe quoi sans rien demander à personne ? Il semblerait que oui, à en juger par la décision du conseil municipal d’Amnéville présidé par son nouveau maire, thionvillois et sans étiquette, de vendre pour 1,5 millions d’euros la collection unique au monde acquise en l’an 2000 à Maurice Chapleur à Lunéville.

Le petit monde de la moto de collection est hébété ! Les 230 motos et vélos de la collection Chapleur, officiellement reconnue comme « Trésor national », vont ainsi partir aux mains d’un marchand de biens connu, qui serait Serge Steinbrunn, sans qu’aucun appel d’offres n’ait été réalisé et, apparemment, sans estimation récente de la collection. Un « oubli » étonnant quand on connaît les prix record qu’atteignent aujourd’hui les motos rares et cotées dans les ventes aux enchères ! Belle affaire pour l’acheteur, la collection achetée 1,295 millions d’euros en 2000 (« financés à 50 % par le Conseil Général ! » commente Daniel Chapleur) a été vendue 1,5 millions et un très rapide coup d’œil sur les prix pratiqués aujourd’hui pour des pièces aussi rares laisse augurer un très juteux bénéfice pour le nouvel acheteur. Accointance thionvilloise ou méconnaissance totale du marché de la part du vendeur ? On peut craindre le pire.

La collection comprend en particulier un lot très important de motos d’avant 1914 qui sont un témoignage unique de cette époque. Rajoutez-y le seul exemplaire existant de la 750 quatre cylindres Motoconfort, un tandem René Gillet tout aussi unique, une Majestic, un Neracar, une 1000 Vincent, une 400 ABC, une Norton Manx, une Matchless G50, etc, etc… Comme dit Jean Bourdache dans son blog, divisez 1,5 millions par 230, cela fait 6 500 € par moto ! Bien sûr, toutes ne sont pas uniques, mais bien peu valent en dessous de ce prix, si tant est qu’il y en ait, et un bon pourcentage vaut beaucoup, beaucoup plus.

Il semble d’ailleurs que le musée d’Amnéville ait eu dans un passé récent plusieurs propositions de rachat à un prix plus élevé dont une de George Bill avec déjà un premier versement, vente qui aurait été refusée, car un trésor national ne peut être vendu à l’étranger. Est-ce une raison pour le brader dans nos frontières avant qu’il soit, à n’en pas douter, vendu par appartements aux plus offrants… quelles que soient leur nationalité. 

Motoconfort 750 T7 quatre cylindres 1930

Motoconfort 750 T7 quatre cylindres 1930

Le monde de la moto est déjà bien frustré en France de ne pas avoir de musée national qui lui soit consacré, il est aujourd’hui en colère de voir que les plus belles collections privées disparaissent sans que rien ne soit fait pour les retenir. C’est vrai, le musée d’Amnéville, perdu au fond des bois, ne réunissait pas le public escompté en dépit pourtant d’une présentation fort attrayante, mais les musées nationaux ne devraient-ils pas penser que la moto, aussi, fait partie de notre histoire ? Contactés en cette rentrée de week end de Pâques, la FFVE et le ministère de la Culture étudient les conditions de cette vente surprise.

Alcyon Buchet 1300 cm3 en V -1904

Alcyon Buchet 1300 cm3 en V -1904

CP Roéo 35 moteur LMP 1928

CP Roléo 35 moteur LMP 1928

René Gillet Tandem et Skootamota

René Gillet Tandem et Skootamota

Neracar 1921

Neracar 1921

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

22 commentaires sur “Trésor public en solde !

  1. lucchini dit :

    il faut qu’un juge, ou une association demande,une enquête a la brigade financiere,pour entente illégale et prise de marché illicite

  2. Patrick Barrabès dit :

    Tout simplement scandaleux. Maurice Chapleur à œuvré de son vivant pour que la collection soit préservée dans un site qui la rende pérenne pour les générations futures.

    Aujourd’hui, il doit se retourner dans sa tombe en voyant le résultat d’une gestion désastreuse et du sacrifice de son oeuvre pour une somme ridicule en regard de la valeur réelle et surtout culturelle de sa collection.

    Le maire précédent s’était payé un beau jouet (pour flatter son ego ?) Le maire actuel le casse sur l’hôtel du bénéfice immédiat. L’acheteur (sur quel appel d’offre ?) va gagner le jack pot (mais certainement pas l’honneur) … Reflets d’une époque ou le respect d’une oeuvre ou de la personne n’a plus de prise. J’étais très ami avec Monsieur (avec un grand M ) Maurice Chapleur. De mon Toulouse natal, malgré l’éloignement, je montais souvent partager des moments autour de l’histoire et de l’amitié. Qui aurait pu imaginer …

    De tout cœur aujourd’hui avec Daniel et son fils Jean Baptiste qui doivent vivre des moments difficiles.

    Patrick Barrabès

  3. GIRAUD dit :

    PROFESSIONNEL pour pas oublier ma passion je m’oblige a parler collection avec les vrais collectionneur sans esprit mercantile
    j’ai passé en 1994 , 2 heures de visite dans le musée de Mr CHAPLEUR et 1 h inoubliable de passion et d’histoire avec ce monsieur , un très grand moment ,
    hélas ce précurseur de la moto de collection n’aura pas l’honneur d’un musée a son nom la faute au nombreuses magouilles politiques et spéculatives comme a bien failli connaitre le collection du musée de Mulhouse voici 35 ans

    une mobilisation est nécessaire
    eric giraud

  4. Patrick Delli dit :

    On croit rever…

    Comme disait Reiser, on vit une époque formidable…

    Patrick Delli

  5. Marc Foucault dit :

    Effectivement, c’est un choc !!
    je ne sais pas ou en est cette transaction, et qui a le pouvoir de l’entraver,
    mais il faut transmettre sans tarder ce « dossier » entre les mains du ministre de la culture !
    Marc Foucault

  6. Grivot jean-claude. dit :

    j’y suis allé il y a qq années ,superbe ,cela ne doit pas étre dilapidé , pourquoi pas une pétition pour le ministere de la culture Jean-claude Grivot.

  7. Jacky Pichaud dit :

    Ben, quand on voit que nos autoroutes une fois amorti ont été bradés, on ne voit pas dans le monde du pognon
    roi pourquoi un maire ne se débarrasserait pas d’un bazar ne rapportant rien (y compris les pots de vin),
    devant être géré et financé. Naturellement je suis sûr qu ‘il y a eu une large consultation des habitants avant cette vente. J’avais été averti samedi en direct par Jeannot (écœuré) sur son stand à Chabanais.

  8. François Arsène dit :

    cette collection n’était-elle pas protégée par l’Etat ? Y a-t-il eu appel d’offres ? S’agit-il d’achat à vil prix ? Y a-t-il eu délibération du Conseil Municipal ? Peut-on suspecter une entente ? Une prise illégale d’intérêt ? Autant de questions en suspens qu’il est permis de se poser et qu’il appartiendrait à la Justice de répondre … et dans l’attente la transaction serait bloquée. Encore faut-il un dépôt de plainte. Qui va s’en charger ? L’opposition municipale ? Une Association de défense créée tout exprès ? Ou bien ?
    En tout cas on est loin de l’esprit qui animait Maurice Chapleur, n’y aurait il pas comme une vilaine odeur de fric ?

  9. Michel Gagnaire dit :

    Je suis aussi scandalisé que la collection Chapleur se termine ainsi.
    J’ai très bien connu Monsieur Maurice Chapleur que j’ai rencontré à de nombreuses reprises, si bien que c’était devenu un ami. A la fin de sa vie il paraissait satisfait, que la collection qu’il avait rassemblée durant toute sa vie, soit pérennisée avec l’ouverture du musée d’Amnéville. A l’automne dernier, des amis de la famille Chapleur m’avaient informé que Jean Baptiste avait été remercié !! Cela ne sentait déjà pas bon.
    J’avais visité le musée peu de temps après son ouverture. C’était un beau musée et Monsieur Chapleur pouvait alors être fier de son œuvre. Ce jour-là nous étions seulement 3 à visiter ! Il y avait plus hôtesses que de visiteurs !! Qui plus est, il était, à mon avis, mal placé, au fond du bois. C’est tout le problème de la gestion d’un musée de moto qui refait surface. Mais il faudrait voir plutôt en termes de conservation du patrimoine qu’en termes de rentabilité !! Un musée de moto en France ne peut pas être rentable !! Tant qu’il n’y aura pas de volonté politique, ce sera très difficile de conserver intacte une collection de véhicules anciens. Nous avons eu le cas récemment avec la collection Baillon et aussi le musée Certain de Celles qui a beaucoup de peine à se mettre en place.
    Toute ma pensée va à la famille Chapleur. Qu’elle soit assurée de toute mon amitié.
    Michel Gagnaire.

  10. François Arsène dit :

    je partage tout à fait l’avis de Michel Gagnaire – je profite de l’occasion pour le saluer – lorsqu’il pose la question de la rentabilité très hypothétique d’un musée. Les rares qui s’en tirent le mieux – en autos comme en motos – ne font que vivoter quand ils ne sont pas sous perfusion.Et puis il y a ceux, que je salue, qui à l’instar de Maurice Chapleur, présentent des merveilles sans attendre aucune aide de quiconque, par pure passion. Beaucoup de musées sont en état de mort clinique mais c’est logique du fait qu’ils ne proposent qu’un fatras de banalités d’une présentation souvent affligeante, on ne peut rien pour eux. En revanche, se désintéresser de ceux qui témoignent de l’Histoire de la mécanique et de la locomotion, comme celui mis sur pied par Maurice Chapleur, est un comportement de barbares. La rentabilité est une notion dérisoire et d’une grande vulgarité lorsqu’elle s’applique au patrimoine qui témoigne de l’évolution d’une civilisation. J’ignore si le Château de Versailles, le Musée d’Orsay, le Palais des Papes, le Musée de Mulhouse, l’Opéra, la Grande Bibliothèque … et même les Palais nationaux sont rentables et franchement, là n’est pas la question : le patrimoine culturel ne se gère pas avec des considérations de boutiquier ! Que les mercantis de tout poil se contentent donc de sévir dans le monde du foot et du show bizz !

  11. Jacky Pichaud dit :

    Eh bien oui, un musée ne fonctionne que quand il est présenté par son créateur qui
    connait les caractéristiques des machines et les histoires qui vont avec. Autrement, pour le
    profane, ce ne sont que des tas de ferraille alignés. Un musée ne se remet que rarement de la mort de
    son initiateur.

  12. Bernard PALACIO dit :

    Le XXI ème siècle sera religieux ou ne sera pas, disait l’autre, et bien il l’est. le culte du veau d’or est en pleine forme. Un chose compte, s’engraisser sur le dos de tout le monde quitte à sacrifier le patrimoine. Personne n’est propriétaire d’une moto digne de ce nom, on n’es est que le dépositaire. A fortiori, une collection publique devrait le rester.
    Quant aux profanes, ils ne sont pas tous bornés, j’ai emmené visiter une autre collection extraordinaire, le Musée Baster, des gens pas spécialement portés sur la moto, ancienne ou actuelle, et ils ont étaient enchantés par les machines présentées et par leur « écrin ». J’y ai même emmené des américains qui n’avaient jamais vu autant de motos américaines rassemblées !
    Enfin, vive le fric et m…. à tout ceux qui ont créé ses machines, à ceux qui les ont sauvegardées, transmises et au contribuable sur le dos duquel les marchands vont s’engraisser !!!

  13. scalet claude dit :

    Quelle tristesse! Javais eu l’occasion de visiter le musée et les réserves à l’invitation de M. Chapleur il y a une vingtaine d’années. Quelques temps après un coup de téléphone indigné de mon ami Claude Reynaud m’apprend que la collection Chapleur était à vendre et qu’un acheteur anglais avait déjà versé des arrhes. A l’époque j’étais administrateur de la FFVE et président de la commission moto: immédiatement je tente vainement de joindre le président de la FFVE, puis son vice-président pour obtenir l’autorisation d’intervenir directement auprès de la ministre de la culture (Catherine Tasca), ce que je m’empresse de faire par courrier.Au CA suivant de la FFVE je me fais remonter les bretelles car « seul le président peut intervenir auprès des ministères. Pendant environ un an silence radio: je pense que ma lettre dans laquelle je demandais le classement de la collection et l’interdiction de sortir du pays, a fini au panier. Puis le vice-président ci-dessus me dit: Savez-vous que votre lettre a permis que la collection reste en France et soit cédée à la ville d’Amnéville. J’en fus trés heureux. M’étant rendu à Amnéville je constatai avec peine que la présentation des machines n’était pas à la hauteur de l’intérêt de la collection….
    Aujourd’hui nous voici revenu à zéro. Alors qui se bougera pour tenter de la sauver une deuxième fois?

  14. spies jm dit :

    Bonjour Claude
    Malheureusement 15 ans plus tard la velléité d’une personne qui bien ficelé l affaire l emportera certainement …
    Je suis triste pour avoir connu ce passionné qu ‘était Maurice Chapleur , j y retourne Dimanche faire une dernière fois des photos
    ne vous inquiétez pas on les reverra bientôt certainement .. a l affiche de somptueux catalogue de vente aux enchères…..
    Le fric l ’emporte bien plus que la passion a notre époque
    Jean Michel SPIES

  15. Alain dit :

    Je profite ce ce bloc pour donner mon avis sur la moto ancienne en France en général.
    Comme chacun d’entre nous je suis aujourd’hui consterné par la vente de cette fabuleuse collection qui était celle de ce grand amateur Mr CHAPLEUR.

    Comme beaucoup d’entre nous j’ai rencontré cet homme charmant chez lui à LUNEVILLE où anecdote lors de notre conversation il m’avait confié lui manquer une seule année dans sa documentation de catalogue «MOTOBECANE» il se trouvait que je l’avais en double et dès mon retour je lui avait fait don de ce document.

    Mais là n’est pas le thème du débat du moment.

    Je ne prendrais pas partie de la manière de la vente ne connaissant ni les tenants ni les aboutissants sur la manière dont elle elle a été menée ou se mène.

    Bien sur comme chacun je m’interroge sur la façon.

    Par contre je ne suis pas surpris par les motivations financières et les frais de gestion du musée en lui même.
    Son installation en ce lieu dans des bâtiments édifiés sous l’égide d’architectes de renon n’était ce pas trop pour une telle ville.

    Une aussi fabuleuse collection ne méritait t’elle pas un autre site telle une annexe du musée de MULHOUSE?

    Ou es ce le fruit de la mentalité d’une partie des amateurs de motos en France?

    Nous avons une réelle histoire en la matière mais pas la culture pour la faire vivre.

    Chaque département, région ou commune possède un ou plusieurs club avec pour
    certains comme membres que le président le secrétaire et le trésorier.
    Tous de bonne volonté je l’accorde….mais cela est il suffisant?

    Ne serait ‘il pas bon de se regrouper d’oublier les querelles individuelles et de mener des actions en nombres ce qui donneraient de la force et de la crédibilités.

    la pluralité n’est que signe de faiblesse et contribue à servir les égos individuels
    et donne à chacun l’impression de gloire et puissance tel le comportement de la grenouille dans le poème de «JEAN DE LA FONTAINE «

    Alors ne serait il pas bon de s’unir au sein d’une vrai fédération comme nos amis anglais qui au travers de leur 51000 membres représentent un véritable poids et une union pour
    faire évoluer notre passion avec à sa tête une présidence tournante?

  16. fmd dit :

    En réponse à Alain, ci-dessus. Le musée de l’Automobile à Mulhouse, m’a malheureusement fait savoir que son musée n’envisageait pas d’extension vers la moto. Voir les commentaires postés après mon dernier article sur le sujet http://www.moto-collection.org/blog/2015/04/collection-chapleur-a-amneville-lespoir-renait/

  17. Daigne alain dit :

    Je pense malheureusement que les dés sont jetées.

    Seule la FFVE semble avoir le pouvoir d’intervenir ?
    Avons nous des échos de la commission moto ?
    L’intervention en son temps de Claude Scalet (Que je salue) avait été efficace. Pourquoi pas encore de nos jours ?
    Triste nouvelle.

  18. Gigi Balesdent dit :

    Je cite les dires du directeur du musée de Mulhouse :
    L’intérêt patrimonial de la collection Chapleur ne fait aucun doute. Son acquisition totale ou partielle par la Cité de l’Automobile de Mulhouse ne semble toutefois pas se justifier pour deux raisons majeures. Elle se consacre avant tout aux voitures de collections. Par ailleurs, non loin de Mulhouse, un musée spécialisé dans les motos a ouvert ses portes il y a deux ans sous le nom de « La grange à bécanes » de Bantzenheim.
    C’est comparer l’incomparable et botter en touche…
    C’est un peu comme charcler le musée dOrsay sous prétexte qu’il y a déjà un musée exposant des peintures à Trifouillis les Oies …
    On pourrait espérer plus de discernement de la part d’un administrateur de biens nationaux …

  19. BERDOS dit :

    Que c’est triste d’entendre une telle nouvelle. Une pensée pour LE créateur Monsieur Maurice CHAPLEUR de cette magnifique collection de motocyclettes où la france notre beau pays était inventif et se battait au niveau international pour innover et faire travailler toutes les classes sociales.
    Cette pépite de machines exceptionnelles devait permettre aux futures générations de ne pas oublier qu’un passionné avait réuni des machines certes d’un autre temps afin de leur montrer qu’en France on inventait.
    Une pensée également pour le Docteur KIEFFER ancien maire qui s’était bien démené pour faire qu’en sorte cette collection ne soit pas dilapidée aux quatre coins de l’Europe ou du monde et surtout qu’elle soit classée TRÉSOR NATIONAL.

  20. BISIAUX Dominique dit :

    Indignons-nous et résistons. Une pétition ? A suivre…

  21. gigi dit :

    Quelqu’un a-t-il connaissance de la déclaration du ministère concernant la validité de la vente ?
    Il est impossible de savoir de quoi il retourne , le « Républicain lorrain » est avare de ses informations pour les non-abonnés ….
    Et le moins que l’on puisse dire , c’est que ça ne soulève pas les foules …

  22. Geoffroy grassin dit :

    Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans cette histoire. Un maire ou un conseil municipal n’a pas le pouvoir de vendre des biens culturels. Ceux-ci sont, au regard de la loi, inaliénables et incessibles par nature, dès lors qu’ils appartiennent à une collectivité publique (ou à l’Etat). C’est à ce dernier point que semble faire référence le début de l’article (la collection est-elle considérée comme un bien privé ou public). Or, si c’est un bien privé, je vois mal comment la vente pourrait renflouer les comptes de la ville. Si c’est un bien public, seule un déclassement de la collection autoriserait la ville à vendre son patrimoine. Ce déclassement serait alors soumis à une procédure passant par le ministère de la culture et la préfecture. Que pense de tout cela le conseiller musée de la DRAC Lorraine ?
    J’aimerais en savoir davantage sur des discussions entre la FFVE et le ministère de la culture.
    Dans tous les cas, il me semble que c’est à un déclassement éventuel qu’il faut s’opposer et cela doit passer dans un premier temps, et dans des délais courts, par une pétition. Quand le statut patrimonial de la collection sera confirmé, il sera alors temps de de confier la gestion des collections à une autre entité (association ?)

Comments are closed.