Villa d’Este 2016 : La Viratelle revient !

Tapis rouge pour la Viratelle et premier prix dans la catégorie des «concepts qui ont osé la différence et ouvert de nouveaux horizons».
Tapis rouge pour la Viratelle et premier prix dans la catégorie des «concepts qui ont osé la différence et ouvert de nouveaux horizons».
Seul Français du jury, il me revenait de présenter la Viratelle, de retour dans ces lieux après presque un siècle. En vignette le décor à feuille de chêne du flanc de radiateur peint à main levée par Maître Takahira.
Seul Français du jury, il me revenait de présenter la Viratelle, de retour dans ces lieux après presque un siècle. En vignette le décor à feuille de chêne du flanc de radiateur peint à main levée par Maître Takahira.
Voici l’état de la Viratelle le 6 mars 2016, deux mois et demi avant le concours!
Voici l’état de la Viratelle le 6 mars 2016, deux mois et demi avant le concours!
Eric Guillard présente l’œuvre de son arrière-grand-oncle : «Pas de frein avant, mais deux paires de mâchoires dans le tambour de frein, l’une actionnée au pied, l’autre à main. Suspension conjointe de la selle et des repose-pieds articulés sur l’avant. Carter de chaîne en aluminium. Deux attaches spéciales brevetées permettent de monter  un side-car en un instant».
Eric Guillard présente l’œuvre de son arrière-grand-oncle : «Pas de frein avant, mais deux paires de mâchoires dans le tambour de frein, l’une actionnée au pied, l’autre à main. Suspension conjointe de la selle et des repose-pieds articulés sur l’avant. Carter de chaîne en aluminium. Deux attaches spéciales brevetées permettent de monter un side-car en un instant».
La pédale d’embrayage passe la vitesse en coupant les gaz automatiquement lors du changement. Le pilote dispose à main droite de deux manettes, pour les gaz et le choix des rapports, et (en vignette) de la gachette du décompresseur.
La pédale d’embrayage passe la vitesse en coupant les gaz automatiquement lors du changement. Le pilote dispose à main droite de deux manettes, pour les gaz et le choix des rapports, et (en vignette) de la gachette du décompresseur.
Tous les câbles de commande passent dans le guidon et la suspension avant pendulaire s’appuie sur des lames de ressort.
Tous les câbles de commande passent dans le guidon et la suspension avant pendulaire s’appuie sur des lames de ressort.

Conçues en 1916 puis construite en quantité fort limitée de 1918 à 1922, les Viratelle 350 monocylindre et 700 bicylindre s’illustrèrent particulièrement dans les grandes courses d’endurance si en vogue à cette époque. Par deux fois, en 1921 et 1922, les ISDT qui se déroulaient en Suisse sur un impossible parcours de plus de 1800 kilomètres, menaient la Viratelle à Lugano à quelques kilomètres de la Villa d’Este où elle revint cette année, 95 ans plus tard pour récolter une ultime médaille.

Pourquoi réécrire l’histoire alors que d’autres l’ont si bien fait ! Je vous renvoie donc pour l’historique de l’extraordinaire Viratelle, sa technique et ses exploits sportifs au site que l’arrière-petit-neveu du constructeur consacre à la marque et au dernier article de Jean Bourdache sur son blog qui a été plus rapide que moi pour s’étendre sur les motos bizarres présentées au « Concorso di motociclette » de la Villa d’Este du 20 au 22 mai dernier. Cette fructueuse collaboration nous laisse la place de nous attarder sur les détails. Il n’existe à ma connaissance que trois Viratelle 350 survivantes, la plus connue depuis des années est celle exposée au musée Henri Malartre de la Rochetaillée, une autre appartenait à Marc Defour, mécanicien, historien et restaurateur d’exception à Sury-le-Contal qui profitait du dernier exemplaire retrouvé par Jean-Marc Brionnet pour restaurer ensemble les deux machines. Marc Defour est malheureusement décédé tragiquement en chutant dans son atelier en août dernier laissant la restauration inachevée, à l’exception heureusement de la partie mécanique. Il ne restait donc plus à Jean-Marc Brionnet qu’à se débrouiller avec les deux Viratelle démontées… et ce ne fut pas facile, aucune pièce de carrosserie n’étant interchangeable… des trous de fixations différents sur les garde-boue à la manivelle de démarrage qui ne s’enclenche pas de la même manière sur l’une et sur l’autre. Rajoutez à ce problème de puzzle que les peintures n’étaient pas refaites, pas plus évidemment que les filets et sigles de marque. Notre ami collectionneur en était là quand je lui demandais en février dernier s’il accepterait de présenter sa Viratelle au Concours de la Villa d’Este en mai. « Pas de problème, » répond-il illico « Il me reste juste la peinture et le remontage… »… et comme il ne travaille que dix heures par jour, cela lui laisse beaucoup de temps libre ! Bref, il semble que ses acolytes et son épouse gestionnaire de l’affaire, aient beaucoup couru. Nickelage, peinture, montage, un saut dans l’Eure-et-Loire pour confier les filets et sigles au spécialiste reconnu du domaine, Pascal Takahira, une course insensée enfin pour retrouver des durites de radiateur rouges comme à l’époque et hop, la Viratelle, comme neuve, a toussé pour la première fois sans doute depuis presque un siècle. Toussé seulement, mais l’essai, le vrai, est promis pour très bientôt.

Photos F-M.D/moto-collection.org sauf indication contraire – Cliquez sur les images pour les agrandir

Marc Defour disparu en 2015 était réputé pour ses restaurations et c’est un bel hommage que trois des motos qu’il a fait revivre, la Viratelle, la Majestic et la Sévitame soient primées à la Villa d’Este. (photos B. Salvat et C. Gaime)
Marc Defour disparu en 2015 était réputé pour ses restaurations et c’est un bel hommage que trois des motos qu’il a fait revivre, la Viratelle, la Majestic et la Sévitame soient primées à la Villa d’Este. (photos B. Salvat et C. Gaime)
Départ de Tour de France le 25 mars 1922. Les Viratelle qui encadrent une Blériot attelée se repèrent facilement grâce à leur radiateur.
Départ de Tour de France le 25 mars 1922. Les Viratelle qui encadrent une Blériot attelée se repèrent facilement grâce à leur radiateur.
Dyon sur l’une des deux 350 au départ pour les 3700 km du Tour de France en 1922. Lambert sur Viratelle 700 bicylindre finira 6e après avoir mené la course puis cassé sa fourche à 100 km de l’arrivée.
Dyon sur l’une des deux 350 au départ pour les 3700 km du Tour de France en 1922. Lambert sur Viratelle 700 bicylindre finira 6e après avoir mené la course puis cassé sa fourche à 100 km de l’arrivée.
Une  Viratelle 700 à la course des Alpilles en 1923. Aucune 700 Viratelle complète n’est réapparue à ce jour, mais la fameuse collection Chapleur actuellement séquestrée par la mairie d’Amneville en possède un moteur (en vignette).
Une Viratelle 700 à la course des Alpilles en 1923. Aucune 700 Viratelle complète n’est réapparue à ce jour, mais la fameuse collection Chapleur actuellement séquestrée par la mairie d’Amneville en possède un moteur (en vignette).
Présentation de la Viratelle 350 dans "La Moto" en 1921.
Présentation de la Viratelle 350 dans "La Moto" en 1921.
"La Moto" 1921 donne un descriptif complet du fonctionnement de la boîte de vitesses préselective.
"La Moto" 1921 donne un descriptif complet du fonctionnement de la boîte de vitesses préselective.