Web Analytics

 AJS - 500 R 10
 Retour liste des marques


AJS R 10 motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : François-Marie Dumas
4103

Cylindrée : 500
Modèle : R 10
Production : 1928 - 1930
Catégorie : (R) Racing

AJS
500 cm3 R 10 - 1930
Les R7 et R10, ancêtres de la légendaire 7 R


Des trois célébrissimes firmes motocyclistes installées à Wolverhampton, AJS est l'aînée, qui débuta dans la moto en 1909, un an avant Rudge et trois avant Sunbeam.

Des soupapes latérales à l'ACT
Le premier succès en course d'AJS fut un doublé triomphal au Junior TT en 1914. Pourtant, le moteur à soupapes latérales n'était qu'un proche dérivé du 350 de série. L'adaptation à la course se limitait au montage d'un réservoir d'huile supplémentaire au-dessus de celui d'essence et d'un double changement à deux vitesses donnant quatre rapports. Après la guerre, l'arme d'AJS en course fut la "Big Port", une 350 culbutée remarquable par son énorme tube d'échappement de 5 cm. La 350 Big Port remporta le Junior TT en 1921, 22 et 23 mais aussi, fait unique dans l'histoire du TT, le Senior en 1921. Les premières véritables AJS 350 et 500 de Grand Prix naissent en 1927, avec un arbre à cames en tête entraîné par chaîne. De la Big Port, elles reprennent la ligne générale, la boîte à trois vitesses, le graissage à carter sec et la magnéto avant. En 1928, les motos à ACT sont nommées en 500 (K10) et 350 (K7). L'année suivante, avec un réservoir en selle et une nouvelle fourche type Webbs, les appellations deviennent M10 et M7 pour ces versions compétition hors catalogue à nouveau rebaptisée en 1930 R7 et R10. AJS en faillite sera racheté par Matchless en 1931 et passera ensuite dans le giron du groupe AMC qui présentera en 1938 une évolution des R7/R10, nommée cette fois 7R.

Quelques succès, mais pas au TT
Maigres résultats (3ème en 350) pour la nouvelle née au TT 1927, mais victoires aux GP d'Autriche, de Belgique, d'Europe et de Suisse. AJS n'utilise pas ses moteurs ACT en 1928 et, en 1929, la R7 avec sa nouvelle fourche signe nombre de records mondiaux dont deux heures à 160 km/h et huit victoires et une seconde place sur les neuf Grand Prix de 1930 tandis que la R10, moins brillante en course, s'octroie un record du monde de l'heure à 174,789 km/h en 1930 puis une victoire à Monza en 1931.

Monocylindre 4 temps - 498 cm3 (84 x 90 mm) 
- 32 ch/5 800 tr/min - Simple ACT entraîné par chaîne - Carburateur AMAC TT double cuve - Allumage magnéto Lucas - Graissage à carter sec & double pompe - Embrayage multidisque à sec - Boîte séparée 4 rapports à sélecteur au pied - Transmissions primaire (avec amortisseur) et secondaire par chaînes - Cadre simple berceau interrompu - Fourche type Webb - Freins à tambour (av. conique) - Pneus 3,25 x 19" - 144 kg - 160 km/h.

La photo présentée est le modèle R10 annoncé comme "sport-compétition" avec une couleur pourpre spécifique de son réservoir n'a été utilisée qu'en 1929 et ne possède pas le cadre renforcé avec un troisième tube entre l'axe de roue et le carter moteur des modèles R purement dédiés à la course..





Le fichier Moto Passion réalisé par François-Marie Dumas réunit près de deux mille photos accompagnées d'un historique très complet des machines présentées.
Il sera progressivement mis à jour ici et toute information complémentaire est la bienvenue sur info@moto-collection.org.

Cette documentation unique, qui constitue sans doute l'encyclopédie la plus exhaustive jamais écrite sur l'histoire de la moto, a été réalisée avec l'assistance de nombreux spécialistes dont principalement Didier Ganneau, Christophe Gaime, Mick Woollett, Jean Goyard, Bernard Salvat, Christian Rey, Yves Campion, Helmut Krackowizer, Michael Dregni, Michel Montange, etc. que je remercie ici.

Disponible sur demande :
- Les fiches originales sur papier
- Les photos et archives signées de mon nom en haute définition ou les documents originaux.
Me contacter sur info@moto-collection.org pour les conditions et droits d'utilisation.