Web Analytics

 Gima - 250 AMC
 Retour liste des marques


Gima AMC motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : François-Marie Dumas
9982

Cylindrée : 250
Modèle : AMC
Production : 1953 - 1955
Catégorie : R(Route)

GIMA
250
Le bon moteur, trop tôt et au mauvais moment

La société GIMA (Groupement Industriel Métallurgique et Automobile) a eu une vie assez courte puisqu'elle n'a produit que dix ans de 1946 à 1955. Elle était installée dans le Puy de Dôme, à Chamalières au 24 Avenue Pasteur. Trois personnes en sont à l’origine : Paul Josué, l'ingénieux technicien à défaut d'avoir à cette époque le titre d'ingénieur, Henri Andraud , le fondateur déjà célèbre avant de se lancer dans avant la moto et Mr. Emmanuelli, le PDG en 1954. Henry Andraud meurt trois ans après la création de GIMA. Paul Josué quitte la firme en 1953 pour rejoindre Automoto à Saint-Etienne), puis les Ateliers Industriels de l'Aéronautique jusqu'à sa retraite en 1978.

GIMA et AMC
Ces deux sociétés clermontoises ont travaillé ensemble. AMC fournissaient ses moteurs 4 temps de 108 à 250 cm3 , mais GIMA a également équipé certains de ces modèles avec des moteurs 2 temps YDRAL fabriqués à Suresnes.
Quand AMC présente son 250 cm3 en 1953, GIMA, comme d’autres constructeurs français, adopte immédiatement ce beau moteur moderne qui va couronner sa gamme avec un modèle de prestige. Il sera avec ce moteur vraiment dans son époque en technique, comme en esthétique en la dotant de deux carters latéraux très enveloppants qui cachent la batterie, une partie du câblage et sert de boîte à outils. La 250 GIMA est vendue 255.000 F ce qui est plutôt dans la moyenne de prix des 250 cm3 français ayant le même moteur. Hélas, la réelle beauté du moteur et les qualités de confort et de finition de la 250 GIMA ne peuvent compenser un certain manque de caractère qui entachera le succès de ce modèle. Paul Josué confessera dans un interview que ce moteur avait été « raté » notamment par une inadéquation de la loi de distribution qui délivrait le couple à trop haut régime pour une boîte de vitesse avec un étagement des rapports mal adapté et un moteur pas assez équilibré pour les hauts régimes.Le déclin catastrophique du marché de la moto à la fin des années 50 empêchera malheureusement AMC de revoir sa copie pourtant fort prometteuse.

Moteur AMC 4 temps refroidi par air - 250 cm3 (68 x 68,5 mm) - 15,5 ch/6 000 tr/min - Compression 7,2 - Simple ACT entraîné par chaîne - Carburateur Dell’Orto FQ 36 - Carter humide - Boîte 4 rapports par sélecteur + levier de rappel manuel – Transmission par chaîne sous carter - Cadre double berceau - Suspensions av. télescopique hydraulique, ar. oscillante à 2 combinés – Pneus 3,00 x 19’ - Moyeux freins Ø 170 mm - Réservoir 16 l - 145 kg - 115 km/h - Couleurs émaillées : grenat, vert ou noir. Prix : 255.000 F (1955).

Il n’existe pas de données précises quant aux quantités totales produites, qu’on estime au plus de 250 d’exemplaires, ce qui est très faible en regard des autres modèles de GIMA.



Chambrier Père et Fils
Cette documentation unique, de 2000 fiches et du Blog, qui constitue sans doute l'encyclopédie moto la plus exhaustive publiée sur internet, est devenue une référence chez les collectionneurs et les professionnels et reçoit aujourd'hui plus de 400 000 visites par an.

Mille merci aux nombreux spécialistes qui ont participé à ce travail,, et principalement : Yves Campion, Michael Dregni, Didier Ganneau, Christophe Gaime, Jean Goyard, Helmut Krackowizer, Michel Montange, Christian Rey, Bernard Salvat, Mick Woollett, les clubs de marque, etc.

François-Marie Dumas - info@moto-collection.org

Me contacter pour un achat de scans ou originaux des photos et archives signées de mon nom ou des fiches sur papier cartonné.