Web Analytics

 Koehler Escoffier - 500 Mandoline 2 vitesses
 Retour liste des marques


Koehler Escoffier Mandoline 2 vitesses motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : F-M. Dumas
1005

Cylindrée : 500
Modèle : Mandoline 2 vitesses
Production : 1914 -
Catégorie : (R) Route

Kœhler-Escoffier
500 Mandoline - 1914
Une ascension fulgurante


Fin 1912, Escoffier et Kœhler s'associent pour une collaboration bien éphémère puisque le premier disparaît en 1914 et que l'autre ne ­revient pas de la guerre. En dépit d'une ­production propre minuscule, moins de deux ans suffiront à la marque pour devenir l'une des firmes françaises la plus renommée grâce aux succès sportifs de la Mandoline.

Le mécanicien et son client s'associent
Début 1912, Jules Escoffier, mécanicien chez Magnat-Debon, quitte son employeur pour exercer ses talents… sur des Magnat-Debon destinées à la course. Il acquiert bien vite une réputation flatteuse et un riche client et coureur amateur, Marcel Kœhler. Pour faire mieux que le 400 monocylindre Magnat-Debon, il faut tourner plus vite et faire un ­bicylindre. Les deux hommes s'associent dans ce but, le premier apportant les fonds, le ­second son savoir-faire. Escoffier dessine un bicylindre en V bientôt surnommé la Mandoline pour l'allure particulière de ses carters très hauts et de sa distribution étroite et surélevée. Les culasses à soupapes parallèles ont une indiscutable parenté avec celles des Magnat-Debon course tout comme la partie cycle : fourche télescopique, réservoir, transmission à courroie directe, etc.

Un succès immédiat
Le premier doublé de 1912, où Escoffier et Kœhler sont premier et second à la course de côte du mont Verdun, est suivi de multiples autres victoires. En 1914, la Mandoline adopte un changement de vitesses système Enfield constitué d'une double chaîne. Évolution réussie, Alfter remporte la course de côte d'Argenteuil et une médaille d'or dans le Paris-Nice.

Bicylindre 4 t en V à 42° - 491 cm3 (61 x 84 mm) - Env. 10 ch - Soupapes culbutées - Cylindres et culasses fonte - 1 carburateur - Allumage magnéto - Graissage à huile perdue - Embrayage à segments extensibles - Boîte Enfield à 2 chaînes - Cadre simple berceau - Suspension av. télescopique - Réservoir unique pour 9 l d'essence + 3 l d'huile - Pneus à talons 650 x 65 - 85 kg - 100‑km/h.

Ce seul exemplaire connu de la première Mandoline offre d'étonnantes performances et une curiosité : un tube unique d'échappement relie les sorties des deux cylindres, les gaz s'échappant par des trous au bas de cette boucle.




Chambrier Père et Fils
Cette documentation unique, de 2000 fiches et du Blog, qui constitue sans doute l'encyclopédie moto la plus exhaustive publiée sur internet, est devenue une référence chez les collectionneurs et les professionnels et reçoit aujourd'hui plus de 400 000 visites par an.

Mille merci aux nombreux spécialistes qui ont participé à ce travail,, et principalement : Yves Campion, Michael Dregni, Didier Ganneau, Christophe Gaime, Jean Goyard, Helmut Krackowizer, Michel Montange, Christian Rey, Bernard Salvat, Mick Woollett, les clubs de marque, etc.

François-Marie Dumas - info@moto-collection.org

Me contacter pour un achat de scans ou originaux des photos et archives signées de mon nom ou des fiches sur papier cartonné.