Web Analytics

 Royal Enfield - 350 Bullet trials
 Retour liste des marques


Royal Enfield Bullet trials motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : F-M. Dumas
6211

Cylindrée : 350
Modèle : Bullet trials
Production : 1950 -
Catégorie : (TT) Enduro

Royal Enfield
350 Bullet trials - 1950
Le sport en vogue


Juste après la fin de la Deuxième guerre mondiale, le sport motocycliste le plus populaire en Grande-Bretagne était le trial. Tous les constructeurs, et ils étaient nombreux à l'époque, Norton, Matchless, Triumph, BSA, Ariel, Francis Barnett, Panther, Douglas...et Royal Enfield entretenaient des équipes d'usine. Les motos de trial d'alors différaient fort peu des version routières. Il suffisait d'augmenter la garde au sol, de surélever les repose-pied et l'échappement, de supprimer l'éclairage. Les pneus cross étaient toutefois interdits et on ne pouvait utiliser que des pneus homologués pour la route. Juste avant-guerre, tous les modèles de la gamme Norton étaient ainsi disponibles en version trial pour seulement 5£ de supplément.

Royal Enfield invente la suspension
Royal Enfield vint au trial en modifiant sa 350 sportive Bullet (toujours fabriquée en Inde par Enfield en 1993‑!) et créa une petite révolution dans ce domaine en offrant une suspension arrière oscillante alors que la majorité des motos de trial conservaient un cadre rigide supposé donner une meilleure adhérence dans la boue et une plus grande facilité de contrôle. Royal Enfield persévéra pourtant et tous les ténors de la spécialité allaient suivre son choix.

Une longue histoire
Les Bullet virent le jour en 250, 350 et 500 cm3 en 1934 avec des moteurs conçus par Tony Wilson-Jones. Seule la 350 survécut à la guerre. La 500 était remplacée en 1948 par le nouveau bicylindre de la marque de Redditch qui, à l'instar des Bullet monocylindres, se distinguait par son réservoir d'huile incorporé sous le moteur et sa boîte boulonnée sur l'arrière du carter. Les Bullet trial bénéficiaient d'un haut moteur tout aluminium. A leur guidon Johnny Brittain remporta les Six Jours d'Écosse de trial en 1952 et s'illustra aux ISDT.

Monocylindre 4 t refroidi par air - 346 cm3 (70 x 90 mm) - 18 ch/5 750 tr/min - Soupapes culbutées - Allumage par magnéto Lucas ou BTH - Carburateur Amal - Transmissions primaire et secondaire par chaînes - Boîte séparée 4 rapports - Suspensions av. télescopique, ar. oscillante - Freins à tambour - Pneus av. 2,75 x 21", ar.
4,00 x 19" - Garde au sol 177 mm - 140 kg.

Cette Bullet trial de 1950 diffère essentiellement du roadster par son échappement rélevé, la protection du carter moteur et l'absence d'éclairage.




Le fichier Moto Passion réalisé par François-Marie Dumas réunit près de deux mille photos accompagnées d'un historique très complet des machines présentées.
Il sera progressivement mis à jour ici et toute information complémentaire est la bienvenue sur info@moto-collection.org.

Cette documentation unique, qui constitue sans doute l'encyclopédie la plus exhaustive jamais écrite sur l'histoire de la moto, a été réalisée avec l'assistance de nombreux spécialistes dont principalement Didier Ganneau, Christophe Gaime, Mick Woollett, Jean Goyard, Bernard Salvat, Christian Rey, Yves Campion, Helmut Krackowizer, Michael Dregni, Michel Montange, etc. que je remercie ici.

Disponible sur demande :
- Les fiches originales sur papier
- Les photos et archives signées de mon nom en haute définition ou les documents originaux.
Me contacter sur info@moto-collection.org pour les conditions et droits d'utilisation.