Web Analytics

 Aermacchi - 250 Chimera
 Retour liste des marques


Aermacchi Chimera motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : François-Marie Dumas
8916

Cylindrée : 250
Modèle : Chimera
Production : 1958 - 1964
Catégorie : (R) Route

Aermacchi
250 Chimera - 1958
Un rêve remarquablement réalisé


A la fin des années cinquante, tous les produits passent à la moulinette du design industriel et suivent l’image de l’Amérique, qui fascine le monde. Au scooter, alors à son apogée, les constructeurs essaient d'opposer des motos carrossées, plus stables et performantes, dans lesquelles certains tentent de transposer le style et les coloris délirants des voitures américaines.

Une chimère
L’un des exemples les plus fameux sera cette Aermacchi Chimera due à l'ingénieur Alfredo Bianchi, père des Parilla, Astoria et autres motos d'avant-garde et au crayon de Mario Revelli, comte de Beaumont et designer de renom, mais aussi ex-pilote moto célèbre. Cette paternité explique que la Chimera ne se contente pas d’offrir les lignes futuristes à la mode, mais révèle aussi une réelle étude des besoins du motocycliste, en privilégiant la facilité d’entretien. Comme toutes les Aermacchi, la Chimera est fort sérieusement construite et son petit bloc-moteur culbuté à cylindre horizontal est d’une robustesse à toute épreuve (il le prouvera en course avec des versions portées jusqu’à 408 cm3).

La Chimera grandit
A la Chimera 175 cm3, présentée fin 1955 et produite jusqu'en 1961, s'adjoint une 250, en 1958. Comme sur les motos de la marque qui lui succéderont, le cadre est constitué d’un simple tube supérieur auquel est suspendu le moteur. Par contre les motos opteront pour deux amortisseurs classiques tandis que sur la Chimera le bras oscillant, en L, s’appuie sur un seul combiné, monté dans le prolongement de la poutre supérieure. L'habillage en aluminium se compose de sept parties démontables : l'ensemble selle-réservoir, un vaste U en dessous, un tunnel enfilé autour du cylindre et quatre caches, dissimulant transmission, bras oscillant et le dessus du carter moteur. Trop bien faite pour être rentable et trop à la mode pour être durable, la Chimera reste néanmoins l’un des exercices de style marquants de l’histoire de la moto.

Bloc-moteur monocylindre horizontal 4 temps refroidi par air - 172,4 cm3 (60 x 61 mm) - 10 ch à la roue ar. - 250 cm3  (66 x 72 mm) - 13,7 ch/6500 tr/min - Soupapes culbutées - Carburateur Dell'Orto ø 22 mm - Carter humide - Allumage batterie/bobine 6 V - Boîte 4 rapports sélecteur à droite - Transmission par chaîne - Cadre poutre monotube - Suspensions av. télescopique, ar. oscillante monoamortisseur horizontal - Pneus 2,50 et 2,75 x 17" - Freins à tambour av. ø 160 mm, ar. ø 140 mm - Réservoir 20 l - 115 kg - 110 km/h.

L'Aermacchi Chimera (ici une version 250 cm3 de 1958) marquait une approche réellement nouvelle du style dans la moto, mais le marché lui préféra les modèles sportifs de la marque.




Chambrier Père et Fils
Cette documentation unique, de 2000 fiches et du Blog, qui constitue sans doute l'encyclopédie moto la plus exhaustive publiée sur internet, est devenue une référence chez les collectionneurs et les professionnels et reçoit aujourd'hui plus de 400 000 visites par an.

Mille merci aux nombreux spécialistes qui ont participé à ce travail,, et principalement : Yves Campion, Michael Dregni, Didier Ganneau, Christophe Gaime, Jean Goyard, Helmut Krackowizer, Michel Montange, Christian Rey, Bernard Salvat, Mick Woollett, les clubs de marque, etc.

François-Marie Dumas - info@moto-collection.org

Me contacter pour un achat de scans ou originaux des photos et archives signées de mon nom ou des fiches sur papier cartonné.