Web Analytics

 Lucer - 50 Ondine
 Retour liste des marques


Lucer Ondine motocyclette motorrad motorcycle vintage classic classique scooter roller moto scooter
Photo ou archives : François-Marie Dumas
9843

Cylindrée : 50
Modèle : Ondine
Production : 1955 - 1956
Catégorie : R (Cyclomoteur)

Lucer 
50 Ondine - 1955
Le premier cyclomoteur tout plastique


Le 50 cm3 Ondine à carrosserie en "plastique", fort élégante réalisation de l'usine Lucer, naît en France deux ans après l'Oscar britannique, premier scooter habillé de cette nouvelle résine polyester armée de fibre de verre. C'est une grande première, mais l'Ondine arrive trop tôt. Les techniques de fabrication manquent de maturité et la clientèle, méfiante, ne sera pas au rendez-vous.

Faute d'avoir été le premier deux-roues motorisé à carrosserie en polyester, l'Ondine conserve l'apanage d'être le premier cyclomoteur usant de ce matériau et, fait rare parmi les précurseurs du tout plastique, il fut réellement produit même si ses ventes se limitèrent à quelques centaines d'exemplaires de 1955 à 56.

De l'avion au cyclo
Lucer, (petite marque établie à Hazebrouck, ville fort connue pour son industrie du cycle à une quarantaine de kilomètres de Lille) annonce fièrement son Ondine en août 1955 et le présente en octobre au salon de Paris, comme "Le premier cycloscooter à carrosserie en plastique", plus précisément en résine de polyester armé de fibre de verre (FRP). L'affirmation est un peu fallacieuse. Il s'agit sans nul doute du premier cyclomoteur à utiliser ce matériau créé pour l'aéronautique aux États-Unis à la fin de la seconde guerre mondiale et apparu sur quelques automobiles au tout début des années 50, mais, quelques scooters (Oscar en 1953, Honda Juno K en 1954) l'ont précédé dans cet usage en particulier outre-Manche. Les qualités du FRP sont indéniables, il est insensible aux intempéries, doués d'une certaine élasticité et fort résistant. 

La déesse des cyclo-scooters
Georges Degroote, le patron de la marque, assisté par son frère Roland, responsable de la fabrication, et Paul Duhamel, chef d'atelier, ont conçu une fort belle petite machine dont les premières esquisses ont, dit-on, été faites par le célèbre dessinateur Gedo. Les éléments de sa carrosserie révolutionnaire seront fabriqués par UCPA d'ordinaire spécialisé dans les coques de bateau, qui vient d'inaugurer dans la région parisienne une usine spécialisée. La résine de polyester est renforcée d'une armature en fibre de verre qui représente 50 % de son poids. La carrosserie de l'Ondine est en plusieurs parties qui viennent habiller le cadre constitué d'un simple tube de 50 mm de diamètre: Le réservoir de 7 litres prolongé par la coque du phare, une petite portion recouvrant le tube, une enveloppe dissimulant le moteur et le garde-boue arrière très couvrant. Le gros garde-boue avant est évidemment lui aussi en plastique. Le moteur, un FTK Himo allemand, permet une transmission à une seule chaîne contre deux pour les ténors de la catégorie Motobécane et Peugeot. Tout cela se paie malheureusement au prix fort et l'Ondine est proposée à 69 500 F au salon de Paris en 1955 alors que les Mobylette s'étageaient de 32 900 à 63 000 F et les Bima Peugeot de 38 à 49 500 F. En dépit des présentations enthousiastes de la presse spécialisée, la belle et pauvre Ondine, peu soutenue par la publicité et intimidante par ses nouvelles technologies, ne vivra qu'un été.

Moteur FTK Himo monocylindre 2 temps refroidi par air - 48 cm3 - 5000 tr/min - Graissage par mélange - Boîte 2 vitesses, commande par poignée tournante au guidon - Une seule chaîne de transmission pour le moteur et la fonction vélo - Cadre monotube de ø 50 mm - Suspensions Av. à roue poussée et anneaux caoutchouc Neiman, Ar. oscillante amortie par double blocs caoutchouc travaillant en compression et en traction - Freins à tambour ø 100 mm - Pneus 600 x 50 - 60 km/h.

Présentation en avant-première du salon d'octobre 1955 dans les jardins de Bagatelle. Le constructeur Georges Degroote est au centre et son fils Roland, à droite.




Chambrier Père et Fils
Cette documentation unique, de 2000 fiches et du Blog, qui constitue sans doute l'encyclopédie moto la plus exhaustive publiée sur internet, est devenue une référence chez les collectionneurs et les professionnels et reçoit aujourd'hui plus de 400 000 visites par an.

Mille merci aux nombreux spécialistes qui ont participé à ce travail,, et principalement : Yves Campion, Michael Dregni, Didier Ganneau, Christophe Gaime, Jean Goyard, Helmut Krackowizer, Michel Montange, Christian Rey, Bernard Salvat, Mick Woollett, les clubs de marque, etc.

François-Marie Dumas - info@moto-collection.org

Me contacter pour un achat de scans ou originaux des photos et archives signées de mon nom ou des fiches sur papier cartonné.