Collection Chapleur: suite sans fin

Retour au point de départ. En dépit des multiples démarches de la FFVE et des collectionneurs concernés, à commencer par Jean-Baptiste Chapleur, petit-fils de Maurice, la « Confrérie des vieux clous » et Gilles Destailleur, la collection Maurice Chapleur, précédemment exposée au musée d’Amneville désormais fermé, est toujours stockée, on ne sait dans quelles conditions dans un lieu tenu secret par le maire de cette ville. Lequel maire avait, on le sait, engagé un processus de vente à un marchand de biens ce qui signifiait un éparpillement des motos. Le ministère de la Culture avait fort heureusement bloqué le projet, mais toutes les solutions d’action envisagées depuis restent en attente. La Mairie de Lunéville pressentie pour accueillir ces motos dans son musée n’a pas donné suite pour l’instant, une réunion prévue avec la DRAC (Direction Régionale des affaires culturelles) semble avoir été abandonnée, enfin le ministère de la Culture proposerait finalement de saucissonner la collection en proposant les plus belles pièces à certains musées de France, plus un autre musée moto municipal. Si cela était confirmé, cela signifierait qu’on repart à zéro : monter une souscription pour acquérir la collection – trouver un lieu pour l’accueillir – trouver un exploitant, etc. Une association « Les Amis de Maurice Chapleur» est en cours de création sous l’égide de Jean-Baptiste Chapleur, pour continuer à défendre les intérêts de cette inestimable partie de notre patrimoine motocycliste.

chapleur

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

One thought on “Collection Chapleur: suite sans fin

  1. jackymoto dit :

    Gros problème des musées de France, la plupart sont morts (les motos à l’arrêt ne sont pas vraiment intéressantes, ce n’est que de la ferraille) les visites (bien) commentées rares.
    Les musées municipaux dépendent de politicards qui ont le droit de vie ou de mort sur eux (et ils préfèrent souvent soutenir l’équipe de foot, qui leur permet de montrer leur gros ventres à la tribune d’honneur (sans payer leur place).
    Le dernier aménagement du musée Chapleur fourré au fond d’un parc, avec deux potiches ne connaissant rien à la moto ancienne à l’ entrée, était le modèle de ce qu’il ne fallait pas faire.
    Tout le monde ne s’appelle pas Sammy Miller …

Comments are closed.