Le Top Mountain Museum a réouvert

Quelle meilleure image pouvais-je trouver pour vous présenter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année que celle du nouveau Top Mountain Museum, le plus haut musée du monde à Hochgurgl en Autriche à 2000 m et à la frontière avec l’Italie au col du Rombo. Totalement détruit l’an passé par un incendie où plus de 350 motos exceptionnelles ont brûlé, le musée a été entièrement reconstruit en moins d’un an, une vraie performance alors que les travaux ne peuvent se dérouler que pendant une courte saison.

Véritable miracle de Noël, le musée a aujourd’hui réouvert sur 4500 m2 avec près de 450 motos dans un cadre féérique. Je vous laisse admirer en attendant une visite détaillée que j’attends impatiemment.

En vous souhaitant une excellente année hors Covid et de belles balades en moto ancienne ou moderne.

Quelle meilleure image pouvais-je trouver pour vous présenter mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année que celle du nouveau Top Mountain Museum, le plus haut musée du monde à Hochgurgl en Autriche à 2000 m et à la frontière avec l'Italie au col du Rombo. Totalement détruit l'an passé par un incendie où plus de [...]

Exposition Vitesse à Compiègne : admiration et frustration

Quel beau projet que cette exposition « Vitesse » qui se tient du 21 décembre 2021 au 28 mars 2022 dans le magnifique cadre du Château de Compiègne qui abrite le musée national de la voiture en pleine rénovation.

Chargé de proposer un choix de motos et de contacter leurs propriétaires, je me rapapinais de voir les dix motocyclettes que j’avais sélectionnées sur leurs podiums aux côtés d’automobiles tout aussi rarissimes, de calèches, de traîneaux et de tous les objets d’arts répartis dans le musée. Bon, personnellement je ne suis pas trop partisan de ce grand mélange des genres, mais cela n’engage que moi et puis cet assemblage parfois surprenant constitue quand même l’ADN du musée de Compiègne.

Louis-Guillaume Perreaux de 1871 : La première moto au monde est française.
La Félix Millet de 1897 à moteur rotatif à cinq cylindres invente la moto moderne.

Cliquez sur les liens en bleu pour ouvrir les fiches correspondantes avec une description détaillée des motos concernées.

Texte et photos © François-Marie Dumas

Quel plaisir surtout d’avoir pu réunir pour la toute première fois les deux premières motos de notre histoire de France qu’on avait vues ensemble pour la dernière fois au 3e salon du cycle en décembre 1895 !

La Louis Guillaume Perraux à vapeur de 1871, première moto conçue en tant que telle (la Daimler de 1885 souvent présentée à tort comme LA première, n’était en fait qu’un gros châssis en bois avec des roues avant et arrière de charrette et deux grosses roulettes latérales, le tout n’étant destiné qu’à tester le fameux moteur 4 temps conçu suivant le principe défini par Beau de Rochas en 1864).

Comme il n'était pas possible d'aller derrière la Perreaux à Compiègne, j'utilise cette photo prise au musée de Sceaux.

Cette étonnante Félix Millet à moteur rotatif à 5 cylindres en étoile dans la roue arrière est ici dans son ultime version de 1897. Elle n’est sortie que deux fois en 126 ans du lycée technique Hippolyte Fontaine de Dijon où elle est conservée. Ce fut de très loin la moto la plus révolutionnaire de son époque.

 

Empruntée à la revue du Motocyclettiste, ce tableau résume bien les inventions apportées par la Félix Millet.

Commençons par ce qui fâche !

Il était juste d’espérer que ces ceux monuments historiques soient réunis sur un même podium avec un minimum d’explication pour le public. Eh bien non ! Un grand plateau est consacré aux ancêtres à deux roues avec, à un bout, la Louis Guillaume Perreaux de 1871, sobrement désignée comme « moto à vapeur », et à l’autre bout, la Félix Millet de 1895 sous laquelle il est indiqué, vous l’avez deviné, « moto à essence ». Entre les deux quelques très beaux et très anciens vélos empêchent la confrontation de nos deux prestigieux ancêtres. J’entends déjà les visiteurs « Qu’est-ce que c’est que cette charrette à deux roues » ou « regarde ce drôle de moteur dans la roue arrière ! »

Non, un musée n’est pas seulement une galerie d’art, il se doit aussi et surtout d’être didactique et puis, soyons chauvains, la Perreaux construite dans l’Oise, est la première moto au monde créée en tant que telle et la parisienne Félix Millet, prévue pour être commercialisée (c’est vrai un an après l’Hildebrand & Wolfmüller allemande de 1894), apporte de multiples innovations qui ne se reverront que des années plus tard.

Le public n'apprendra certainement pas grand chose avec ces descriptions qu'on aurait aimé voir assorties de panneaux explicatifs.
Je visite et participe à des expositions depuis des dizaines d’années et je peux vous certifier que quand il y a des panneaux explicatifs, même longs, la grande majorité des visiteurs les lisent attentivement. Pour combler cette lacune, je ne saurais trop vous recommander de cliquer sur les liens en bleu qui vous ouvriront les fiches détaillées des motos citées.

Les six autres motos d’exception annoncées sont bien là et c’est une occasion unique d’aller les détailler, mais le moins qu’on puisse dire est qu’elles n’ont pas la vedette.

Une longue file de voitures de course prestigieuses occupe le centre du hall et, sur le côté sous les fenêtres, les six motos de course sont toutes visibles sur leur “mauvaise face”, la distribution étant du côté du mur. Vraiment dommage. « Mettre les motos dans l’autre sens », me dit Rodolphe Rapetti, directeur du musée, « aurait mis leurs échappements face au visiteur «  … c’est vrai, mais lors de la dernière expo Concept auto, beauté pure au même château de Compiègne, toutes les motos étaient, comme les voitures, sur le podium central et d’autres, éparpillées dans des grandes salles du premier étage. Bref, il y aurait pu avoir d’autres solutions. Le château est grand.

Je peux en tous cas vous promettre que jamais plus je ne m’occuperai de choisir des motos pour une exposition sans être sûr d’être partie prenante dans la scénographie.

En tête de gondole, la réplique remarquablement réalisée par les amis du musée Safran de la Gnome & Rhône 175 cm3 vainqueur du Bol d’Or 1956, est de loin la mieux mise en valeur pour la bonne raison qu’elle est entièrement carénée d’aluminium.

En s'agenouillant derrière les motos, on peut découvrir leur face cachée… et une superbe Lotus en fond.

Sous la fenêtre suivante, trône le DS Malterre de 1953 animée par le 175 cm3 AMC transformé en double ACT par son pilote Jean Mathieu. Il n’y eut que quinze 175 AMC double arbre construites par Jean Mathieu et Marcel Camus et cette sublime transformation tourne au régime fort imposant à l’époque de 9000 tr/min.

Deux colonnes plus loin, la 1000 Koehler-Escoffier de Georges Monneret profite de son exposition côté gauche pour nous montrer son carter éclaté (tiens, pourquoi le musée Malartre ne le change-t-il pas, la pièce existe en refabrication et cela nous permettrait de voir à nouveau rouler cette merveille). Notons au passage que cette 1000 est ici dans sa version 1952 avec le gros réservoir Mottaz et non dans sa robe de 1935, comme annoncé.

Résultat d'une mauvaise expérience au Montlhéry Vintage Revival ! (clic pour agrandir)

On découvre ensuite la remarquable Alcyon 350 ACT de Grand Prix championne de France (pilote et constructeur) dans sa catégorie en 1935 aux mains de Louis Jeannin. Quand Jean-Marc Brionnet, l’heureux propriétaire, remplacera-t-il sa belle et trop moderne béquille arrière rouge par un support plus discret ?

Prochaine étape, la Jonghi 350 des records de 1934 à 1938 et championne de France en 250 cm3 en 1935 aux mains de Georges Monneret. C’est encore ici une restauration de Jean Nougier sur la base d’un moteur et de pièces éparses, tout ce qui restait de cette moto unique.

Sixième et dernière des motos de vitesse, la Peugeot 500 M2 de 1926. Cette 500 M2 bicylindre à simple ACT est la moto française qui a remporté le plus de victoires en France comme à l’international de 1923 à 1926. Celle-ci, reconstruite par Jean Nougier, est basée sur le dernier modèle de 1926. En dépit de son potentiel, Peugeot se retira de la compétition en 1927.

En poursuivant la visite dans le grand hall du premier étage un plateau réservé aux vélos de record accueille aussi un Derny 100 cm3, la machine la plus couramment utilisée comme stayer pour entraîner les cyclistes.

 

Un peu plus loin et magnifiquement exposé sans se mélanger à des vélos une Peugeot 350 Paris-Nice 1914 a été prêtée par le musée de Sochaux. Bon, d’accord ce n’est pas la version course qui remporta la célèbre épreuve d’endurance… mais les 6 chevaux de son bicylindre lui permettent quand même un bon 70 km/h. Il est vrai qu’elle ne pèse que 60 kilos.

Ce tour de l’expo ne serait pas complet sans citer les gravures, tableaux et dessins exposés dont une large collection des oeuvres de Rob Roy.

 

Perrin sur Velocette au GP de Grenoble en 1945.

A gauche une huile sur bois de René Hausson en 1956 : « Rendez-vous avec la mort »… guère engageant !

Georges Monneret sur la 500 AJS (A3S dit l'étiquette !!) Porcupine en 1948.
Bon, il n'y a pas de moto, mais un Géo Ham, je ne peux pas résister !
Quel beau projet que cette exposition « Vitesse » qui se tient du 21 décembre 2021 au 28 mars 2022 dans le magnifique cadre du Château de Compiègne qui abrite le musée national de la voiture en pleine rénovation. Chargé de proposer un choix de motos et de contacter leurs propriétaires, je me rapapinais de voir les [...]

Auto publicité

Vous l’avez noté, il n’y a pas de publicité sur moto-collection.org, tant mieux pour la lisibilité, tant pis pour mes finances ! Le site demande pourtant beaucoup de travail  (le mien est bénévole), mais aussi pas mal de frais techniques, même quand le webmaster est un ami compréhensif. Je vous propose donc de participer et en même temps de faire connaître le site en achetant des autocollants moto-collection.org.

Ils sont sur vinyle transparent très fin (115 µm) avec pelliculage résistant en extérieur, découpés à la forme 4,2 x de 6 cm avec lettrage en blanc ou en bleu.

Prix par jeu de 4 (deux blancs, deux bleus sauf demande spéciale) : 5 € ou plus si vous voulez me sponsorer.

Commande par mail ou courrier à F-M Dumas, 5 villa Yvonne, 92240, Malakoff

Paiement via PayPal sur fmd@moto-collection.org, ou chèque à l’ordre de François-Marie Dumas, ou virement (RIB sur demande).

-news-

Vous l’avez noté, il n’y a pas de publicité sur moto-collection.org, tant mieux pour la lisibilité, tant pis pour mes finances ! Le site demande pourtant beaucoup de travail  (le mien est bénévole), mais aussi pas mal de frais techniques, même quand le webmaster est un ami compréhensif. Je vous propose donc de participer et en même [...]

Epoqu’Auto 2021

Ah, Enfin ! Ça fait sacrément plaisir de pouvoir visiter à nouveau des salons. Et quel meilleur début qu’Epoqu’Auto l’une des manifestations phares de l’année qui a battu un nouveau record cette année avec 82 000 entrées. Côté moto, pas de grand plateau monomarque cette année comme on en avait l’habitude, mais une immense exposition partagée en trois rangées que nous avait concocté Fabrice Follis, le responsable moto du club 3A organisateur. Un club fondé en 1956 avec, entre autres, Henri Malartre, créateur d’un des plus beaux musées auto-moto français à Anse à quelques kilomètres de Lyon.

Fabrice Follis, le petit-fils de Joseph Follis fabricant de cycles à Turin qui émigra en France avec la même activité et dont le fils François créa en 1903 les motos éponymes. Bon sang ne saurait mentir, Fabrice réalise en 2016 un plateau exposant toutes les motos construites par son papa. Pris dans l’engrenage, il s’occupe dès lors de l’organisation des motos à Epoqu’Auto avec l’aide d’autres clubs. Cette année il prend tout en charge avec son équipe des 3A pour rassembler ce colossal plateau d’une bonne centaine de motos des tout débuts jusqu’aux années 50. On a rarement vu un tel rassemblement avec, vous le verrez, beaucoup de motos fort rares : toutes les Motorettes Terrot, par exemple, une Moser de 1913, la Train quatre cylindres, une floppée de quatre cylindres américaines, La Viratelle qui fêtait ses cent ans, Ultima et New Map, des marques lyonnaises, une poignée de Dollar, quelques Harley pas courantes et ma Simca Sévitame qui ne pouvait manquer l’occasion, car le thème de l’expo auto était cette année consacrée à cette marque. Bon, y avait aussi une ancienne Brough Superior et quelques Brough actuelles dont l’étonnante réalisation concoctée par Aston Martin qu’on imagine plus dans musée d’art moderne que sur la route. Bref ces belles Brough sont autant hors sujet ici, qu’elles l’étaient au milieu des ancêtres. Une critique aussi dans ce formidable plateau est, qu’à vouloir trop en faire, Fabrice a un peu mélangé les genres dans l’énorme espace disponible sans toujours réunir des familles définies. Un poil confusant pour le public d’autant plus que les panneaux explicatifs n’arrivèrent pour la plupart que dans la journée du samedi.

Fabrice Follis s'est retroussé les manches et a même tombé la chemise pour rassembler cette colossale exposition.
La Simca-Sévitame de 1939 étant l'une des vedettes, je me mets en tête !

And least but not least comme disent les britons, le stand du Vintage Revival (ne manquez surtout pas la prochaine édition à Montlhéry les 7 et 8 mai 2022 et dépêchez-vous de vous inscrire, il n’y a jamais assez de place) exposait une fabuleuse collection de Motosacoche, la marque qui sera à l’honneur en mai. Autour du plateau central, les clubs de marque avaient aussi réuni de belles brochettes de leurs productions, chez Motobécane que chez Terrot et Monet-Goyon qui fêtait les 100 ans de son premier scooter.

Trop de motos pour que je m’attarde sur chacune d’elle, mais les fiches sont à portée de clic pour de plus amples renseignements !

Des origines à 1921

Georges Richard Herdtlé Bruneau-1905
Terrot Motorette 250 n°2-1919 Zürcher & Luthy (ZL)
Terrot Mototette 350 n°3-1913
Magnat Debon 4hp 1914 à soupapes culbutées
Terrot 635 Motorette n°4-1913
Sortie de grange chez le Terrot Club de France avec cette Motorette n°5 de 1914 à moteur MAG 500 cm3 semi-culbuté très modifiée qui avait été transformée en scie à ruban, le MAG tournant sur un cylindres et le second servant de compresseur.
Terrot 750 type C-MAG 2c14-1919
Ultima 3,25 hp 1922
Viratelle 350-1921
Douglas 350 W 1914
Moser 550 en V à 50° dans une partie cycle Automoto - 1913
Monet Goyon-Vélauto T1-1921

Monet-Goyon présentait quelques-uns de ses premiers scooters. La marque déposa en effet le terme en 1921 et peut revendiquer le centième anniversaire de ce dépôt du nom « Scooter » en France. Ceci n’empêche que ce nom, tombé dans le domaine public, désigne depuis tous les deux roues du même concept, tout comme celui, de Motocyclette inventé par les frères Werner, le frigidaire utilisé pour tous les réfrigérateurs, ou la mobylette définissant les cyclomoteurs de toute marque. Le concept du scooter qu’on ne peut guère définir que comme un véhicule à deux roues dans lequel on s’assoit, contrairement à une moto, qu’on enfourche. Ce concept exista bien avant, à commencer pratiquement par la Félix Millet de 1895, (à ceci près qu’elle n’avait pas de marche-pieds). Les autres pionniers sont le Elleham Danois à moteur Peugeot puis maison de 1904 à 1909,  le Meeijer néerlandais de 1908, l’Autofauteuil fabriqué à Blois qui définit plus précisément le genre de 1902 à 1924, et tous les « scooters » américains et britanniques à partir de 1915, l’Autoped en 1915, le Mobile Pup et l’Auto-Glider en 1919, le Kingsbury, le CAŠ tchécoslovaque à moteur flat twin, l’Unibus de 1921 véritable précurseur du scooter moderne avec un  carénage et un tablier en tôle et bien sur le plus connu Skootamota né en 1919 et produit jusqu’en 1923.

Les années 20

Koelher Escoffier 500 Mandoline tourisme de 1924 et une 1000 Koelher Escoffier de 1929 en arrière plan
Terrot 350 HSSO 1929
Hellesen 350 Moser Pontarlier 1924
Ultima 500 D3-1934
La Faret bordelaise de 1927 prix du patrimoine Motul en 2016, et dont la seule originalité est sa magnéto horizontale sur la côté du moteur 175 cm3 Moussard
Terrot 350 HS 1927
Rudge 500 4 soupapes parallèles 1925
Scott 532 Squirrel bicylindre 2 temps 1922
MGC 500 JAP N3 dite "Ecrêmeuse" 1929
Dollar 350 KSS 1929
Cleveland 1000 Tornado 1929
Ace 4 cylindres 1926

Les années 30

Henderson 2000cm3 - 6 cylindres-1930
BCR type IS 500 cm3 Chaise 1932 - Grand prix du Patrimoine-Motul 2018
Ultima 500 D3-1934
Peugeot 100 P3 GS 1939
Peugeot 350 P135 GTS 1938
Le club Dollar avait apporté 15 motos dont cette 350 R4 de 1931 au premier plan
Gnome Rhône 800 AX2 - 1940 avec en arrière plan les attelages à roue tractée BMW et Zündapp
Excelsior 350 Manxman 1938
Ariel 1000 Square Four 1939

De 1940 aux années 60

Harley Davidson 750 Servicar
Gnome Rhône 200 R5 Grand Luxe carénée 1953
Follis 250 JLO 1955
Terrot 175 Rallye 1960

Les années 70

Zündapp 50 KS Sport 1968
Zündapp 50 Falconette type 550
Kündapp 50 KS-LC TYPE 517/10-1973
Ossa 250 trial Mick Andrews Replica 1972
Le cadre d'une Mobylette comme vous ne l'avez jamais vu.
Motobécane 125 LT3-1975
Lambretta Lui 1968. Une ligne signée Bertone
Motobécane 50 AV881 M. L'un des dix ultimes exemplaires d'une série spéciale vendue en 2002
Un formidable réunion de toutes les versions de la XT 500 Yamaha sur le stand du salon du 2 roues (C'est du 3 au 6 mars 1922)

L’expo Motosacoche sur le stand du Vintage Revival

Motosacoche 692cm3 2C14ATT SuperSport 1926. Surnommée la Marguerite à cause de son assemblage de pignons d'entraînement des 2 ACT, cette prestigieuse machine est une réplique à l'identique refabriquée de A à Z et ne peut qu'admirer ce fabuleux travail qui fait revivre l'une plus formidables motos des années 20.
Motosacoche 495 cm3 type 403 2C10-1920
Motosacoche 500 culbutée D50 - 1931
Motosacoche 215 cm3 D2-1908
Motosacoche 215 cm3 type A-1905 : les débuts de la légende.
Ah, Enfin ! Ça fait sacrément plaisir de pouvoir visiter à nouveau des salons. Et quel meilleur début qu’Epoqu’Auto l’une des manifestations phares de l’année qui a battu un nouveau record cette année avec 82 000 entrées. Côté moto, pas de grand plateau monomarque cette année comme on en avait l’habitude, mais une immense exposition partagée en [...]

Gillet fête ses 101 ans

Covid oblige, l’exposition consacrée aux 100 ans de Gillet d’Herstal n’a pas eu lieu comme prévu en 2020, mais il n’est pas trop tard; l’évènement se déroulera dans le hall prestigieux d’Autoworld à Bruxelles du 30 octobre au 7 novembre prochain. Yves Campion, Vincent Derdeyn, Michel Degueldre et  Jean Leux y présenteront près de 80 motos Gillet, soit la quasi totalité des différents modèles produits, avec, en vedette, la 350 du Tour du Monde de  1926 par Robert Sexé, prêtée par le Grand atelier, musée  d’art et d’industrie de Chatellerault et la Gillet de l’expédition vers Léopoldville confiée par le musée de la vie wallonne à Liège. Toutes les machines seront accompagnées de photos et documentations d’époque et en attendant votre visite à Autoworld vous pouvez vous remémorer l’historique de la marque avec les 14 fiches qui lui sont consacrées et qui ont été rédigées pour la plupart par Yves Campion, initiateur de l’exposition et auteur du livre « Les motos Gillet Herstal » qu’on peut lui commander en direct.

ATTENTION Bruxelles a rétabli l’Octroi. Pour se rendre dans Bruxelles-centre, zone à faible émission, il faut impérativement inscrire votre véhicule sur lez.brussels (https://lez.brussels/mytax/fr/registration/start) sous peine d’une amende de 350 €. Toutes infos sur https://lez.brussels/mytax/fr/registration.Toutes les plaques des voitures entrant dans le centre sont scannées et celles non déclarées recevant l’amende et pour simplifier la vie à ces braves gens, on vous demande copie de votre carte grise. Bonjour le respect de la vie privée. N’aurait-il pas été plus simple pour le gouvernement belge d’accepter le passage de 0,x % de véhicules étrangers hors normes plutôt que de répertorier les données de TOUS les visiteurs en extorquant 350 € aux pauvres péquins qui n’ont pas été avertis. Comme si cela ne suffisait pas, Bruxelles s’est doté d’une palanquée de radars pour contrôler les 30 km/h règlementaires… Bravo, on pensait que pire qu’Hidalgo n’était pas possible, les Belges prouvent le contraire ! 

Covid oblige, l'exposition consacrée aux 100 ans de Gillet d'Herstal n'a pas eu lieu comme prévu en 2020, mais il n'est pas trop tard; l'évènement se déroulera dans le hall prestigieux d'Autoworld à Bruxelles du 30 octobre au 7 novembre prochain. Yves Campion, Vincent Derdeyn, Michel Degueldre et  Jean Leux y présenteront près de 80 [...]