Les « vraies » motos Koehler Escoffier

Les « vraies » motos Koehler-Escoffier. C’est du Salvat. Un pavé, indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à la moto française des années 20 à 30. Indispensable pour trois raisons ! Primo, il n’y avait pas d’ouvrage sur Koehler Escoffier et l’œuvre de son géniteur Raymond Guiguet ; secundo, il y a tout ou presque dans celui-là, tertio, après une étude pareille sur la marque il est fort improbable qu’un autre livre lui soit un jour consacré. On admire les colossales recherches, la qualité du travail et le soin apporté aux photos, bien sûr. Koehler Escoffier n’est qu’une toute petite marque, mais elle fit de grandes motos. Merci, Bernard d’en avoir si luxueusement conté l’histoire.

320 pages, 900 photos, 2,9 kg, 4500 heures de travail pour les recherches, les "nettoyages" des photos, la mise en page, etc. et le tout pour 190 €.

Comme d’usage chez l’auteur, le style est un peu à l’ancienne (attention, je n’ai pas dit vieillot qui est péjoratif) avec des phrases parfois touffues et des mots devenus moins usuels. C’est du compact et dans le texte comme dans l’illustration (remarquable !), on sent sans cesse un désir d’exhaustivité. L’information est là, mais ça ne se lit pas vite. Au moins, si on compte la lecture au tarif horaire, vous en aurez pour votre argent avec les 190 € que coûte le livre. Il y a tout et souvent bien plus. J’avoue avoir glissé dans quelques digressions à mon avis parfois trop longues, voire (rarement) superflues. Pas grave, si, sur 320 pages, votre goût personnel vous pousse à en sauter quelques-unes, il n’y a pas mort d’homme. On notera à propos des dimensions que le format légèrement italien (26,2 x 29,7 cm) qui s’adapte fort bien aux photos de motos, est quasiment ce que les imprimeurs nomment le format Raisin ce qui s’impose bien sûr pour la Koehler ! Par ailleurs, vu les 2,9 kg de l’œuvre, on la lit assis à table plutôt qu’affalé sur un canapé et c’est bien meilleur pour le dos et pour le livre !

Comme vous pouvez vous en douter, Bernard nous a sorti beaucoup d'inconnues de ses tiroirs. Il présente ici la plus étonnante de ses découvertes, un moteur prototype de 350 cm3 bicylindre à compresseur étudié par Raymond Guiguet pour le Fonds de course moto en 1938.
Quand on vous dit que Salvat, c'est du lourd ! Curieux, j'ai pesé ses oeuvres dans ma bibliothèque. En oubliant "Les Side-cars" et en omettant la revue du Motocyclettiste et ses livres sur les tracteurs, on en est à plus de 13 kg.
Lambert sur Koehler Escoffier 500 au Grand Prix du Motocycle Club de Lyon, le 21 mai 1922] (BNF Gallica-Agence Rol)

La première partie du livre est consacrée aux hommes qui ont fait la grandeur de Koehler Escoffier, les créateurs la marque  Jules Escoffier et Marcel Koehler, l’ingénieur Raymond Guiguet, Edouard Grammont dit Eddoura, Marcel Chateau et Georges Monneret.

Raymond Guiguet à gauche et Marcel Chateau, à droite, derrière la Koehler Escoffier 350 à Montlhéry en 1930. (archives Jean Bourdache)
La 350 verticale à simple ACT ici avec Georges Monneret et sous les couleurs de Monet Goyon en 1937
LE pilote vedette de Koehler Escoffier, Eddoura ici avec la 1000 à Planfoy le 19 juin 1927. Curieusement l'immatriculation 9772 C4, vérifiée par le très méticuleux Bernard Salvat, est celle d'une 500 Mandoline en février 1924.
Le jury très international que je présidais au dernier concours de motos de la villa d’Este en 2019 a élu à l’unanimité (et je n’ai pas influencé leur choix) la 1000 Koehler Escoffier "Best of the show" car tous considèrent que c’est sans doute la plus belle de toutes les motos françaises, (même si celle primée affichait une différence d’âge entre cadre et moteur, ce qui m’a fait traiter d’incompétent par des spécialistes qui ne se sont pas demandé une seconde quels étaient les critères du jury). Qu’importe les détails de cet exemplaire ou d’un autre, je persiste, c’est la plus belle des motos françaises et je suis fort content qu’elle et ses sœurs aient aujourd’hui leur livre.

J’avoue quand même un petit regret (et c’est en général un parti pris de l’auteur dans ses livres) c’est que cette production des Koehler ne soit pas plus comparée à celle des belles étrangères et, à peine, à nos autres marques nationales. Moi, la question qui me turlupine c’est de savoir pourquoi, les motos anglaises et certaines suisses se sont si bien exportées en l’Europe et avec tant de succès ; pourquoi il y eut tant de concurrence, à l’intérieur de leurs frontières, en Italie ou en Allemagne, et comment les Françaises se situent par rapport au reste du monde. La réponse n’est pas évoquée ici (sauf à comparer les résultats dans les palmarès), pas plus que, dans le Terrot du même auteur, un livre-pavé tout aussi remarquable. « Bon, et bien, si t’es pas content, va te faire voir !« , va sans doute me dire Bernard Salvat dont on connaît le caractère… entier, mais pourtant si, je suis content, ravi même par cet ouvrage, mais j’eus préféré me passer de quelques photos de factures ou autres documents ou abréger un peu la vie de Chateau (au figuré, hein !), un pilote qui ne démérita pourtant pas. J’aurais aimé lire pourquoi, mécaniquement, financièrement ou politiquement, les Koehler, les Terrot et les Peugeot (à l’exception de ses 500 M1 et M2) n’ont pas plus souvent cherché à jouer dans a même cour que les Norton ou les Motosacoche. Où sont les différences en technique comme en performances ?

Mais, comme le dit souvent un autre de nos auteurs motocyclistes, tout ceci n’engage que moi.

Le livre « Les vraies » motos Koehler-Escoffier est à commander chez son auteur

Bernard Salvat, éditions E.B.S., 24 chemin de la Cache-Boulie, 71850 Charnay-les-Mâcon

Prix 190 € TTC, plus port sous une protection efficace : 10 €


Découvrez 500 motos, 2000 fiches et leurs histoires Moto Collection c'est aussi un site !
Découvrez 500 motos, 2000 fiches et leurs histoires
www.moto-collection


Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Les « vraies » motos Koehler Escoffier

  1. fmd dit :

    C’est fait.

  2. Lafleur dit :

    Bonjour François Marie,

    peux-tu corriger la légende montrant la 1000 n° 55 ?

    Là, Eddoura est à Planfoy (Loire) le 19 juin 1927.

    Amitiés.

  3. fmd dit :

    Content de te voir venir t’exprimer ici Patrick Delli et je respecte parfaitement tes avis et tes critiques, c’est heureux que chacun n’ait pas les mêmes façons de voir (ce qui n’a pas été ton cas lors de tes critiques injurieuses sur les choix du jury de la villa d’Este ! Oublions). Tu noteras que j’ai largement dit mon admiration pour le bouquin de Bernard et son travail colossal. Il ne m’est pas interdit de dire que j’aurais souhaité quelques autres détails sur certains points et de montrer moins d’intérêt pour certains autres. Ma critique n’est pas négative pour autant bien loin de là. Cela dit,reprends le Nougier où il est largement dit que Jean n »avait pas assez d’argent pour finaliser le développement de sa quatre cylindres et même penser à s’engager dans des courses internationales.Amicalement,

  4. Patrick Delli dit :

    Je te trouve un poil négatif, François-Marie… Se passer de quelques photos de factures ou autres documents! Certes les documents financiers démontrant l’absolue honnêteté de Raymond Guiguet quand il vend son affaire à Monet-Goyon ne sont pas des plus attrayants, mais comment ne pas les publier comme preuves irréfutables à l’appui du texte? Tu critiques la reproduction de factures, qui ne sont pourtant qu’au nombre de deux: celle de Yenné, pendant la première Guerre, qui établit qu’il construit la 4 HP sous licence; et celle de la 1000 d’André Barthe: l’avoir trouvée, 90 ans après les faits, avec la correspondance qui s’y rattache, relève du miracle; alors, pourquoi ne pas en faire profiter les lecteurs ?

    Je vois aussi que tu passes sous silence ce qui fait mal et a déjà fait couler de l’encre… Tu publies bien la photo de la 1000 primée à la Villa d’Este (et publiée aussi par Bernard dans son introduction…) mais avec une légende ambigüe dans laquelle tu ne mentionnes nulle part que le livre contient non seulement une photo d’époque de la 1000 au moteur 1025 (et à la configuration bien différente de l’interprétation de Dominique) mais aussi l’extrait du registre des immatriculations qui montre que sa première mise en circulation date de 1932…

    Quant à l’éternelle question du peu de présence à l’étranger de nos motos de course hexagonales, je pourrais te passer une photo de Miguel Simo à La Solitude en 1937 qui cerne bien le problème… Avec sa Terrot 250 OCP «client», aussi vaillante fut-elle, il ne s’y trouve qu’en quatrième ligne au départ, ces quatre rangs étant par ailleurs exclusivement composés de DKW à piston-pompe… marque très bien soutenue par le régime nazi. Le financement étatique, déjà vrai nerf de la compétition à cette période, n’a été que trop rarement présent dans nos services course. Je remercie donc ici Peugeot et Jonghi pour avoir, temporairement mais avec un brio inégalé, représenté la France hors de nos frontières dans les années 1920 à 1939…

    Quant à situer les K-E dans le contexte de l’époque, Bernard nous parle de Magnat-Debon, de Motosacoche, de Renault, de FACEL, de Georges Lévy, d’ORIAL, des productions Grammont, de Bugatti, de Sunbeam, de Norton, de Terrot, de Saroléa, de Royal-Sport, de Ravat et de Jonghi. Ce sont là des apartés indispensables, que j’apprécie dans ce livre. Que voudrais-tu de plus ? Sinon que Bernard ait fait ce que tu n’as pas fait toi-même dans ton livre Nougier afin d’expliquer pour quelles raisons financières, techniques ou politiques le «sorcier de Saint-Andiol», ce génial mécanicien, n’a pu rivaliser avec Gilera, Moto-Guzzi ou MV-Agusta. Ne vois-tu pas là une redite de la parabole de la poutre et de la paille?

    Patrick Delli

  5. fred vernet dit :

    Cher FMD,
    Je suis tout à fait d’accord, ce livre c’est du Salvat; un grand cru SALVAT! J’ai adoré le TERROT, le KOEHLER m’a autant plu. Ce qui m’a plu, en plus de la richesse des informations données, des superbes photos et de la verve de l’auteur ce sont ces digressions qui sont toujours intéressantes pour replacer le sujet dans son époque. Les quelques reproductions de factures sont, pour moi, tout autant complémentaires.
    Je pense que nombre d’ouvrage sur nos anciennes seraient moins soporifiques s’ils avaient incorporés ces « détails », mais ….. »tout ceci n’engage que moi. »
    Vivement le prochain pavé Salvat!

  6. fmd dit :

    Là, je suis mouché, bravo ! et merci pour tes commentaires.

  7. Dans le poids des livres, j’aurai ajouté « Cyclecar, voiturettes et Grands-sport » qui couraient en catégories motocyclettes.
    Un livre sur la concurrence des motocyclettes a travers le monde, pourquoi pas signé FMD ? Il y a matière, beaucoup de pages à développer.