Salon de Milan 1959

L’EICMA 2019 ou salon de Milan de la moto a lieu du 5 au 10 novembre à la Fiera Milano, mais au fait savez-vous ce qui se cache derrière ce vilain acronyme EICMA ? C’est une abréviation pour Esposizione Internazionale Ciclo Motociclo e Accessori et il existe depuis 1914. Nous ne remonterons pas aussi loin, mais sautons aujourd’hui 60 ans en arrière pour une visite complète de l’exposition milanaise de décembre 1959.

Aermacchi présente ses 175 et 250 Ala d'Oro
…et une version plus sage l'Ala Rossa 175 cm3.
Chez un autre avionneur, AeroCaproni, la vedette est cette 125 quatre temps culbutée.
Alpino renouvelle sa gamme de scooters avec ce modèle deux temps disponible en 150 et 175 cm3, ce dernier offrant même un démarreur électrique.
Côté moto l'Alpino 175 (4 temps culbuté) se distingue par une double optique de phare.
La Benelli 125 Sport est aussi un modèle phare dans la catégorie très fournie de 1/8e de litre.
Chez Beta, ce 65 cm3 Rondine se distingue par un cadre et un bras oscillant en tôle emboutie.
La Bianchi 125 Bernina, une 125 quatre temps née en 1954, a une culasse totalement ailetée comme un deux temps.
Décrite en détail dans les fiche de moto-collection.org, la Bianchi 400 de motocross à double ACT fut trois fois championne d'Italie.
Encore une marque qui n'est pas spécialement connue pour ses scooters et pourtant ce petit 50 cm3 Laverda à moteur quatre temps culbuté dont le cylindre vertical pointe sous la selle est bien attachant.
Après un premier scooter en 1952, FB Mondial y revient en 1959 avec ce Lady à moteur 2 temps de 75 cm3.
Un beau 4 temps culbuté cette fois, pour animer ce Motobi 175 Catria dont on admirera le cadre tubulaire auquel est suspendu le moteur.
La version course de l'Imperiale Sport 125 cm3 Motobi. Contrairement au scooter le cadre des Motos Motobi est une poutre en tôle emboutie.
Peu connus chez nous les scooters MV Agusta étaient pourtant les produits les plus rentables de la marque… à l'exception de ce 160 cm3 Bik quatre temps dont ce salon sera la seule apparition publique !
Je n'y peux rien, j'aime les inconnus et ce Guizzo dû à Palmieri-Gulineri à Bologne n'est pas courant. Le moteur st un 150 cm3 deux temps à cylindre horizontal.
Retour à la moto, mais encore avec un deux temps à cylindre horizontal sur cette Parilla Olimpia de 125 cm3.
Je ne vous en ai pas beaucoup parlé, mais les 50 étaient évidemment à l'honneur, ici chez Peripoli Giulietta avec une version spécialement affutée.
Le Capri de Garelli est plus connu en 80 cm3, mails apparaît ici dans sa version 125 GS.
Tous les adeptes du cyclo sport connaissent DEMM un petit constructeur milanais qui se rendit célèbre en établissant 24 records du monde en 1956 avec un 50 cm3 4 temps double ACT. Les versions commerciales sont malheureusement de classiques 2 temps.
Guzzi a profité du salon pour présenter la version 235 cm3 ISDT de son fameux 175 Lodola né en 1956. La grosse différence réside dans la distribution à simple ACT sur le 175 et à tiges et culbuteurs sur ce 235. (Plus de détails ici : https://www.moto-collection.org/moto-collection/fmd-moto-Moto-Guzzi-5120.htm)
En vedette chez Moto Guzzi le Tre x tre, un véhicule de montagne à trois roues motrices dont le moteur servira de base à la première V7.
La petite usine MDS des trois frères Scoccimaro née en 1954, présente ici son ultime modèle animé par un nouveau 80 cm3 4 temps culbuté à cylindre incliné.
Le motocross italien vit dans ces années de merveilleuses machines, dont la Bianchi et cette Mi-Val 500 dont une version légèrement différente est détaillée dans les fiche de moto-collection.org
On connait surtout les ViVi de Viberti pour leurs 50 cm3 à moteur Victoria, mais la petite marque de Turin s'essaya aussi au 125 avec ce beau 4 temps dont on sait s'il fut produit !

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Salon de Milan 1959

  1. MARTIN Dominique dit :

    Superbe, un vrai plaisir de connaisseur pour les amateurs d’italiennes.
    Je pense que le Guzzi « un peu trop sage à mon goût » est plutôt une Lodola qu’un Stornello.
    Merci de nous faire plaisir avec tes publications, surtout ne change rien…
    Amicalement
    Dominique

  2. BOULARD JEAN dit :

    Magnifique salon , enfant je ballais devant les sportives Italienne ; se qui déplaisait à mon père concessionnaire de la marque Motobécane !!! Celà peut se comprendre !!

  3. fmd dit :

    Damned, c’est moi l’étourneau (Stornello en italien), je n’ai pas passé la photo qui allait avec la légende. De plus ce Lodola là est bien spécial puisque c’est la première version 250 cm3 (235 en fait) spéciale six jours.Toute l’histoire est d’ailleurs là : https://www.moto-collection.org/moto-collection/fmd-moto-Moto-Guzzi-5120.htm

  4. jackymoto dit :

    Amortisseurs pompes à vélo, selles rembourrées en noyaux de pêches, faisceau électrique indignes d’un pétarou, de magnifiques machines qui me faisaient rêver. En plus leurs moteurs fonctionnaient très bien, comme leurs freins. C’était exactement le contraire des japonaises de la même époque.
    Les motos italiennes étaient très mal distribuées en France, avec aucun suivi. Quant on compare les premières Aermachi et les (coûteux) vilains os 350 à démarreur électrique dégénérés de la fin. Trop de petits fabricants, survie impossible…