Salon Moto Légende 2019 : Les amis, les surprises et les bonbons…

Traditionnelle réunion à la porte de Vincennes pour le salon Moto Légende et il bien avouer que c’était cette année un bon millésime. Certes, le salon n’est pas plus grand, les stands toujours aussi riquiquis et on compte de plus en plus de vendeurs de bonbons, cireurs de pompe, bijouteries de pacotille, couteaux et même un distributeur de bibles… Le bon côté, c’est la bourse qui réunit la plupart des marchands et des spécialistes de la docs, et ces 60 stands des clubs, ce qui fait en général autant de copains à voir et de mains à serrer, plus autant d’emplacements réservés aux pros avec quelques visites incontournables. Et puis, quand même, les deux plateaux «prestige» bien plus impressionnants cette année que leur thème ne le laissait penser. 750 Honda et Mobylette, bof ! le titre ne faisait pas rêver, et pourtant, dans un cas comme dans l’autre, l’incroyable étalage de toutes les versions produites ou presque avait de quoi laisser coi et mérite un grand coup de chapeau aux responsables de ces deux rassemblements. Visite en images.

Jamais sans doute autant de Honda 750 Four n'avaient été réunies, de la K0 à la F2, en passant par toutes les versions spéciales, de police, de course ou en version automatique. Impressionnant !
Pour fêter dignement les 70 ans de la Mobylette née avec cette AV3 de 1949 (présentée ci-dessus avec tous les accessoires disponibles : fourche parallèlogramme, 3 nourrices d'essence et même une remorque!), le Motobécane club de France avait réuni tous les modèles marquants de la production et, en prime, un stand séparé avec les 125 course de la marque. Une superbe expo récompensée par la coupe "Coup de Coeur" décernée par la FFVE.
Une dernière surprise chez Motobécane, la 175 qui remporta sa catégorie 175 Sport au Bol d'Or 1957 aux mains de Claude Thomas et Jean-Claude Bargetzi.
Mon coup de cœur à moi et la coupe des clubs de marque décernée par la FFVE pour ce stand aussi étonnant que futuriste du club Ydral. De gauche à droite, la scooter réalisé en 1953-54 par Paul David et les 175 Réacteur en version Guiller (en blanc) ou AGF (en rouge). Les trois sont motorisées par Ydral avec un 175 bitube type M49 pour le scooter et avec le 125 deux temps horizontal H56 pour les deux motos.
Marc David (ci-dessus) nous raconte le colossal travail réalisé par son père Paul pour construire ce scooter unique dont la carrosserie en tôle a té entièrement façonnée à la main.
Mon deuxième coup de cœur, et ce n'est pas parce que c'est un ami, va à l'extravagante Linto Marilina réalisée en 1954 par Lino Tonti sur la base de la Bicilindrica 250 Aermacchi. Il fallut quelques centaines d'heures à Alain Nibart, son propriétaire, avec l'assistance de Dominique Secco et de l'atelier Renard pour reconstruire l'épave retrouvée avec pour seuls modèles une ou deux rares photos.
Impossible aussi de passer devant le stand des Linto et Aermacchi sans admirer la 350 avec laquelle Costeux et Martine finirent 6e au classement général du Bol d'Or 1969.
L'assiduité est toujours récompensée, la preuve, la stand d'Yves Campion qui ne manque aucun des salons Moto Légende depuis des lustres a reçu pour cette constance, un superbe trophée de la FFVE ici exposé devant la Gillet 300 de 1955. Les deux autres trophées décernés par la FFVE ont respectivement récompensés "On the road again" qui exposait l'autre cinquantenaire célèbre, la 500 Kawasaki trois cylindres de 1969, et les trois membres clés de l'organisation : Christophe Richy, Caroline Mercier et Romain Gratias.
En France, on n'avait pas que les Mobylette, mais aussi les Solex et le stand "La nostalgie du Solex" en présentait un bel étalage dont cette ahurissante version course qui ne doit plus grand chose à ses origines.
Chez Motul, on avait ressorti la blouse d'époque pour présenter la Terrot 500 RL de 1931 restaurée grace à la fondation du patrimoine.
Une rarissime Puch 350 GS équipant l'armée autrichienne en 1939 sur le stand de Motos Antiquas.
Au hasard de la galerie marchande, une presque trop belle Bianchi 125 deux temps de 1950.
… et puis un grand classique parmi d'autres racers plus récents chez Yamaha : la 250 TD1C de 1967.

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Salon Moto Légende 2019 : Les amis, les surprises et les bonbons…

  1. Dominique GILBERT dit :

    Une fois de plus merci pour ce reportage, même si j’y étais en temps qu’exposant dans le premier hall pour le club Bimota Passion ou malheureusement trop de visiteurs passent rapidement. (d’ailleurs FMD vous y êtes passé?)
    Vers 18h30 dimanche, un visiteur nous dit qu’il aurait aimé voir une 500 Vdue!!! alors qu’il avait juste à prendre son temps en arrivant et contempler les stands du hall, ou de magnifique Dollar, Martin, Bimota, Morini, BMW etc. y étaient exposés

    Le changement est en cours, car tout à fait d’accord avec trop de stand de fringue et autres fanfreluches. Mais il faut que l’organisateur remplissent toujours sont porte-monnaie et bouche les trous des stand de pro qui ne vient plus, Daniel Cornu, Marc Parfait, Benoit Lesouef pour ne citer qu’eux qui ne doivent plus faire assez de chiffre pour décider de ne plus venir pourtant ces gens là sont l’âme de la bourse.
    La clientèle change ça devient très « Dandy » et un vendeur me fait remarquer qu’aujourd’hui il est plus facile de vendre une Yamaha 650 XS à 10,000€ qu’une à moitié prix à restaurer.
    Le monde change!!

  2. jackymoto dit :

    Une 650 XS a 5000€ à restaurer (le mot n’est pas convenable, c’est de la rénovation pour des pétoires comme ça!) c’est de toutes les façons bien trop cher pour une machine aux pièces à prix prohibitif. Ben oui, notre milieu est en train de changer et j’y suis de plus en plus étranger. Les gens qui rentrent dans ton garage ne te disent pas qu’ils ont envie de cette moto ou d’une autre mais te disent ce que »ça cote ».
    Par contre je récupère gratos des motos courantes démontées depuis 30 ans pour m’amuser à les remonter histoire de liquider doucement mon stock de pièces. J’ai fait l’impasse sur les achats depuis mon départ à la retraite. La case utilisation tous les jours me plaît bien!

  3. Christophe Samson dit :

    Un monde de bobo la aussi et c’est pour cela que je ne viens plus;et comme disait Jeannot,si tu n’as pas de Solex ,t’es un con ….a mediter;merci pour le reportage.

  4. BOULARD JEAN dit :

    Comme toujours , le plaisir de vous suivre dans vos pérégrinations . Merci pour votre compte rendu et l ‘ assiudité que vous apporté