Collection Chapleur à Amnéville : l’espoir renaît !

Mise à jour : un commentaire ci-dessous envoyé par Richard Keller, responsable de la cité de l’Automobile à Mulhouse élimine malheureusement tout espoir de reprise par ce musée. Les lecteurs réagissent.

Pour consulter les deux articles précédents sur la vente de la collection Chapleur au musée D’Amnéville, et lire les nombreux commentaires cliquez ici: Trésor public en solde  et  Collection Chapleur, Ultime visite

                                                                                                                                          ___________________________________________________________________________________

Cette histoire de la vente du musée d’Amnéville me tient à cœur comme aux milliers d’entre vous qui suivent ce blog. À cause sans aucun doute des très nombreuses réactions suscitées par cette annonce, naît un petit espoir de retour vers des solutions plus acceptables voire même agréables.

Jean-Baptiste Chapleur, petit-fils de Maurice Chapleur qui a cédé sa collection au musée d’Amneville en 2000, a rencontré hier 9 avril, Eric Munier, maire d’Amneville. Ce dernier lui a confirmé que la situation désastreuse de la ville le contraignait à mettre le musée en vente et qu’il avait eu pour ce faire l’accord du conseil municipal jeudi dernier. Rien de plus n’est pour l’instant définitif et Eric Munier accepterait, rapporte J-B. Chapleur, d’attendre un peu plus d’un mois avant de signer la proposition d’achat reçue d’un marchand de biens-collectionneur Thionvillois pour laisser la porte ouverte à d’autres éventuels acheteurs intéressés.

Il est certain que la mairie d’Amnéville ne pourrait qu’être gagnante à ce jeu, car la collection semblait avoir été estimée bien en dessous de sa valeur réelle.

Reste à espérer que l’un de nos musées soit intéressé. On pense en particulier à notre musée national, la Cité de l’Automobile qui expose très dynamiquement la collection Schlumpf à Mulhouse et qui a récemment fait état de possibilités d’agrandissement et d’un certain intérêt pour le deux roues.

 

 

Jean-Baptiste et Daniel Chapleur au musée d'Amensale le 8 avril 2015

Jean-Baptiste et Daniel Chapleur au musée d’Amensale le 8 avril 2015

Peut-on espérer voir des motos au milieu des Bugatti à Mulhouse ?

Peut-on espérer voir des motos au milieu des Bugatti à Mulhouse ?

Collection Chapleur à Amnéville : ultime visite !

Aujourd’hui 8 avril, Daniel et Jean-Baptiste Chapleur, fils et petit-fils du collectionneur, ont été faire une dernière visite au musée d’Amnéville qui devrait fermer ses portes dans les jours ou semaines à venir.

La collection Chapleur avait été classée « trésor national » en 2005, mais ce classement n’est malheureusement que temporaire et ne s’applique plus à ce jour. Le parti d’opposition au maire actuel a déposé un recours pour tenter de faire annuler la vente de la collection Maurice Chapleur et le ministère de la culture en étudie la légalité, mais l’opération avait été soigneusement orchestrée et l’espoir de la voir annulée s’amenuise de jour en jour. 

Jean-Baptiste (à gauche) et Daniel Chapleur au musée d'Amnéville le 8 avril.

Jean-Baptiste (à gauche) et Daniel Chapleur au musée d’Amnéville le 8 avril.

Bruxelles, là où un musée moto se porte bien !

Alors que la France laisse vendre ses musées de la moto au premier marchand venu, notre voisin belge fait vivre les siens et de belle manière. Autoworld, à Bruxelles organise ainsi du 5 au 19 avril l’exposition « Motor Legends » avec un choix judicieux de 80 motos des origines à nos jours qui viennent s’ajouter à la quarantaine de motos de la collection Marcel Thiry exposées en permanence.

Autoworld

Autoworld, Palais du Cinquantenaire à Bruxelles, si vous ne connaissez pas la visite s’impose même hors expo spéciale moto. Le cadre à lui seul vaut le détour avec son hall monumental dans l’aile sud-est du Palais du Cinquantenaire construit pour l’exposition universelle de 1897 et qui accueillit les salons auto et moto de la capitale belge depuis le tout premier salon vélo et moto en 1902. C’est un peu comme si le Grand Palais à Paris était un musée auto-moto à temps plein… mais ne rêvez pas ! Cet endroit magique a été transformé en musée et est devenu Autoworld en 1986. « Nous avons eu 140 000 visiteurs en 2014 » nous dit Sébastien de Baere, le directeur du musée « et l’exposition Motor Legends en attend plus de 10 000. »

 

Enthousiasmante cette exposition. Bien sur les Belges, trouvent qu’il n’y en pas assez, les amateurs d’ancêtres se plaignent qu’il y a trop de modernes, etc. Il faudrait 1000 motos pour contenter tout le monde, et encore. Bien éclairée, bien disposée, l’expo réunit de belles raretés de tous âges. Au rez-de-chaussée un plateau réservé aux 50 sport belges et italiens avec, en prime, une L160 T4 de 1958 Maserati jouxtant le 50 Sport de la marque et de la même année et une belle brochette de tous les modèles ou presque du Honda Monkey et de ses dérivés depuis 1964.

Premier étage on commence par une double rangée plutôt axée sur les années 1970-80 rares et moins rares puis, en vedette, la plus moto la plus moderne du salon la Saroléa électrique de compétition réalisée par Torsten Robbens.

Belle entrée en matière, mais c’est pourtant dans le fond de la salle que se trouve le plat de résistance. On ne les citera pas toutes… une Française pour commencer, enfin presque, puisqu’il s’agit d’une DS Malterre de 1923-24 qui n’était qu’une 1000 Indian des surplus reconstruite avec des équipements divers et ici antidatée et sur-restaurée un peu bling-bling. Et puis quelques Gillet apportées par notre ami belge Yves Campion en particulier l’unique 500 à arbre à cames en tête de 1928 qui n’existait plus et dont il a fait reconstruire entièrement le moteur sur la base des plans d’usine. FN, Saroléa, sont aussi bien représentés, mais ce sont les Japonaises qui remportent la palme, haut la main avec quelques rares Honda, 125 C92 Super Sport de 1959 ou 305 CL de 1968, etc. et une réunion jamais vue des quatre motos turbo réalisées en 1981 et 82 : Honda 500 CX, Yamaha XJ 650, la Kawasaki 750 Z et Suzuki 650 XN85. (les liens vers les fiches vous diront tout sur elles)

Ariel 557 VA side Swallow SS 1933.

Ariel 557 VA side Swallow SS 1933.

Une réunion unique des quatre motos turbo japonaises de 1981-82

Une réunion unique des quatre motos turbo japonaises de 1981-82

Saroléa revit avec cette version électrique de compétition créée par Torsten Robbens

Saroléa revit avec cette version électrique de compétition créée par Torsten Robbens

Maserati : la  160 T4 de 1958 et derrière le 50 Sport  de la même année

Maserati : la 160 T4 de 1958 et derrière le 50 Sport de la même année

Un superbe plateau des 50 Sport belges et italiens et la quasi totalité des Honda Monkey et dérivés. depuis 1964

Un superbe plateau des 50 Sport belges et italiens et la quasi totalité des Honda Monkey et dérivés. depuis 1964

Honda 305 CL Scrambler 1966. L'inscription type 1 ou 2 sur le haut moteur indique s'i le vilebrequin est calé à 360 ou 180°.

Honda 305 CL Scrambler 1966. L’inscription type 1 ou 2 sur le haut moteur indique s’i le vilebrequin est calé à 360 ou 180°.

Pas de compteur pour cette Honda 125 C92 Super Sport, mais un compte-tours qui indique le chiffre alors incroyable de 10 000 tr/min.

Pas de compteur pour cette Honda 125 C92 Super Sport, mais un compte-tours qui indique le chiffre alors incroyable de 10 000 tr/min.

Mon rêve de jeunesse : la Honda 125 C92… mon papa, septique sur la qualité japonaise, me poussa vers une Terrot !!!

Mon rêve de jeunesse : la Honda 125 C92… mon papa, septique sur la qualité japonaise, me poussa vers une Terrot !!!

Yves Campion pose derrière sa Gillet 500 ACT de 1928

Yves Campion pose derrière sa Gillet 500 ACT de 1928

Une des motos de l'exposition permanente la FN 350 M60 Sport devant une carrosserie très spéciale.

Une des motos de l’exposition permanente la FN 350 M60 Sport devant la carrosserie très spéciale d’une voiture FN de 1930 réalisée pour le Shah d’Iran.

BMW, l’œuf, la poule et le lapin

En Europe, Pâques c’est soit les lapins, soit les poules et leurs œufs, soit les cloches.  Fini tout cela, grâce à Yves Campion, les « chocogâteries » de Pâques chez nous, c’est une superbe BMW 500 R11 de 1930 recoulée avec un excellent chocolat belge dans un moule d’époque .DSC01816

Trésor public en solde !

Mise à jour : Merci à tous de ces témoignages. Tout le monde de la moto ancienne est scandalisé. Le lien vers ce blog sur Facebook a reçu près de 6000 visites en deux jours !  Entre-temps la FFVE a été contactée et a promptement agi auprès du ministère de la culture qui se penche sérieusement sur la question. Le problème est de définir si la collection est considérée comme un bien privé ou public. Dans le premier cas, il risque fort de n’y avoir rien à faire, dans le second, il y aurait du avoir un appel d’offres et une nouvelle estimation et la vente pourrait être remise en question. Le parti d’opposition d’Amnéville a d’ores et déjà déposé un recours.

 

– La collection Chapleur bradée en catimini –

 Un conseil municipal peut-il faire n’importe quoi sans rien demander à personne ? Il semblerait que oui, à en juger par la décision du conseil municipal d’Amnéville présidé par son nouveau maire, thionvillois et sans étiquette, de vendre pour 1,5 millions d’euros la collection unique au monde acquise en l’an 2000 à Maurice Chapleur à Lunéville.

Le petit monde de la moto de collection est hébété ! Les 230 motos et vélos de la collection Chapleur, officiellement reconnue comme « Trésor national », vont ainsi partir aux mains d’un marchand de biens connu, qui serait Serge Steinbrunn, sans qu’aucun appel d’offres n’ait été réalisé et, apparemment, sans estimation récente de la collection. Un « oubli » étonnant quand on connaît les prix record qu’atteignent aujourd’hui les motos rares et cotées dans les ventes aux enchères ! Belle affaire pour l’acheteur, la collection achetée 1,295 millions d’euros en 2000 (« financés à 50 % par le Conseil Général ! » commente Daniel Chapleur) a été vendue 1,5 millions et un très rapide coup d’œil sur les prix pratiqués aujourd’hui pour des pièces aussi rares laisse augurer un très juteux bénéfice pour le nouvel acheteur. Accointance thionvilloise ou méconnaissance totale du marché de la part du vendeur ? On peut craindre le pire.

La collection comprend en particulier un lot très important de motos d’avant 1914 qui sont un témoignage unique de cette époque. Rajoutez-y le seul exemplaire existant de la 750 quatre cylindres Motoconfort, un tandem René Gillet tout aussi unique, une Majestic, un Neracar, une 1000 Vincent, une 400 ABC, une Norton Manx, une Matchless G50, etc, etc… Comme dit Jean Bourdache dans son blog, divisez 1,5 millions par 230, cela fait 6 500 € par moto ! Bien sûr, toutes ne sont pas uniques, mais bien peu valent en dessous de ce prix, si tant est qu’il y en ait, et un bon pourcentage vaut beaucoup, beaucoup plus.

Il semble d’ailleurs que le musée d’Amnéville ait eu dans un passé récent plusieurs propositions de rachat à un prix plus élevé dont une de George Bill avec déjà un premier versement, vente qui aurait été refusée, car un trésor national ne peut être vendu à l’étranger. Est-ce une raison pour le brader dans nos frontières avant qu’il soit, à n’en pas douter, vendu par appartements aux plus offrants… quelles que soient leur nationalité. 

Motoconfort 750 T7 quatre cylindres 1930

Motoconfort 750 T7 quatre cylindres 1930

Le monde de la moto est déjà bien frustré en France de ne pas avoir de musée national qui lui soit consacré, il est aujourd’hui en colère de voir que les plus belles collections privées disparaissent sans que rien ne soit fait pour les retenir. C’est vrai, le musée d’Amnéville, perdu au fond des bois, ne réunissait pas le public escompté en dépit pourtant d’une présentation fort attrayante, mais les musées nationaux ne devraient-ils pas penser que la moto, aussi, fait partie de notre histoire ? Contactés en cette rentrée de week end de Pâques, la FFVE et le ministère de la Culture étudient les conditions de cette vente surprise.

Alcyon Buchet 1300 cm3 en V -1904

Alcyon Buchet 1300 cm3 en V -1904

CP Roéo 35 moteur LMP 1928

CP Roléo 35 moteur LMP 1928

René Gillet Tandem et Skootamota

René Gillet Tandem et Skootamota

Neracar 1921

Neracar 1921