Hommage à Jean-Pierre Beltoise

 Jean-Pierre Beltoise est décédé le 5 janvier 2015 à 77 ans.

Rencontre au sommet avec Stirling Moss à Rétromobile en 2011

Rencontre au sommet avec Stirling Moss à Rétromobile en 2011

 Célèbre surtout par ses succès en automobile, il a aussi été l’un des très rares pilotes à briller tout autant sur quatre que sur deux roues et ne totalise pas moins de 11 titres de champion de France moto obtenus en tout juste trois ans de 1961 à 1964. 

On commence à le voir en 1959 sur une 125 Jonghi avec laquelle il finit 1er catégorie 125 course au Trophées BP à Montlhéry le 31 mai 1959.
Il faut attendre 1961 pour de vrais résultats. Sa carrière est dés lors météorique. Aux coupes Eugène Mauve à Montlhéry en juillet 1961, il finit 3e en 1975 cm3 sur Morini derrière les deux autres Settebello d’Herranz et de Cordesse et 3e également en 250 sur Aermacchi derrière l’autre Aermacchi d’Eric Offenstadt et le Mondial de Benjamin Savoye. Il fait ensuite premières places en 125 et en 175 sur Morini aux Coupes du Salon en octobre toujours et encore à Montlhéry ce qui lui offre ses deux premiers titres de champion de France national en 125 et en 175. 
Montée en gamme en 1962, Jean-Pierre Beltoise finit premier en 175 à Bourg-en-Bresse devant le Mondial de Jacky Onda et l’Aermacchi d’Eric Offenstadt et il est 1er français et 5e dans la catégorie 250 au GP de France à Clermont Ferrand. On le voit désormais au palmarès de toutes les grandes épreuves françaises. 1er à Marseille en juin puis au Trophées BP à Montlhéry, revenu sur Aermacchi, 1er en 250 sport et 1er encore, sur Matchless cette fois, en catégorie 750 Sport.
Nouveau podium à Magny-Cours en juin sur Aermacchi 250, puis à Lyon en Juillet sur Morini 175. Passant avec le même bonheur du deux au quatre temps et d’une marque à l’autre, il finit 1er sur Bultaco en 125 à Albi et 1er en 250 sur Aermacchi. Mêmes places sur les mêmes montures à Montlhéry, mais en y rajoutant un troisème victoire sur Matchless en 750 sport. Bingo. Jean-Pierre est sacré champion de France Inter en 125 sur Bultaco, en 175 sur Morini et en 250 sur Aermacchi. Présent sur tous les fronts J-P. B  écrit aussi les essais routiers de Moto-Revue et participe à quelques records avec Georges Monneret sur 50 VAP
J-P.B continue sur la même lancée en 1963, sauf qu’il étend encore sa gamme en finissant premier français et 5e de sa catégorie en GP de France en 50 cm3 sur Kreidler alors qu’il est 7e et 1er français sur sa Bultaco en 125. Feu d’artifice final à Montlhéry pour les coupes de Paris en septembre où Beltoise est 1er en 125 (Bultaco), 175 et 250 (Morini) ce qui lui donne le titre inter dans ces trois catégories 
1964 commence en beauté avec une première place en 50 et en 125 à Pau le 30 mars. Nouveaux podiums en 250 sur Morini et en 500 sur Matchless en Avril à Magny-Cours etc, etc. En 50 sur Kreidler, en 125 sur Bultaco, en 250 sur Morini et en 500 sur Matchless J-P. Beltoise est partout. A Nancy en juin 1964, il finit d’ailleurs 1er dans chacune des quatre catégories et, une nouvelle fois, il est sacré cette année là trois fois champion de France en 125 sur Bultaco, en 250 sur Morini et en 500 sur Matchless. 
C’est fini pour la moto dans sa carrière météorique Jean-Pierre Beltoise a raflé 11 titres de champion de France motocycliste en 3 ans
• 1961 : 125 et 175 cm³ champion de France National sur Morini
• 1962 : 125, 175 et 250 cm³ Champion de France inter.
• 1963 : 125, 175 et 250 cm³ Champion de France inter.
• 1964 : 125, 250 et 500 cm³ Champion de France Inter
Il passe dés lors à l’automobile avec le succès que l’on sait.
Jean-Pierre Beltoise au premier plan sur 125 Jonghi devant Jacques Roca sur Puch

Jean-Pierre Beltoise au premier plan sur 125 Jonghi devant Jacques Roca sur Puch

À Montlhéry en 1961 avant l’essai de la 500 Bianchi conçue par Lino Tonti (au premier plan)

À Montlhéry en 1961 avant l’essai de la 500 Bianchi conçue par Lino Tonti (au premier plan)

J-P. Beltoise sur la 125 Bultaco aux Coupes du Salon à Montlhéry en 1963

J-P. Beltoise sur la 125 Bultaco aux Coupes du Salon à Montlhéry en 1963

Sur le podium aux Coupes du Salon en 1963

Sur le podium aux Coupes du Salon en 1963

Un départ en catégorie 175 en 1963, J-P. Beltoise sur Morini est à droite, Jacques Roca (Puh) au centre et Fenoglio (Morini) à gauche

Un départ en catégorie 175 en 1963, J-P. Beltoise sur Morini est à droite, Jacques Roca (Puch) au centre et Fenoglio (Morini) à gauche

En selle lors de la présentation du 50 Mondial devant Benjamin Savoye et Georges Monneret en 1964.

En selle lors de la présentation du 50 Mondial devant Benjamin Savoye et Georges Monneret en 1964.

 

 

190 Anniversaires motocyclistes de 1895 à 1985

De cette année2015 on retiendra surtout le soixante-dixième anniversaire de Yamaha dont la première moto YA1 Acatombo sortit en 1955. Il faut aussi compter avec Ducati qui commença bien modestement cette même année avec son Cucciolo, et MV Agusta avec un 100 cm3 baptisé Vespa avant que l’on découvre que le nom était déjà déposé par « qui vous savez »… 

Yamaha

 

Les années en 5 foisonnent d’autres anniversaires, 190 même, me dit mon programme favori qui, bien que non exhaustif, recense quand même 2 888 marques de par le monde. Nous nous en tiendrons donc aux anniversaires les plus marquants. (un clic sur les noms en bleu envoie vers les fiches correspondantes). 

Le plus vieux: Daimler qui réalisa sa charrette de bois à deux roues et un premier essai de moteur quatre temps en 1885.

1er mai 1895: Première présentation du tricycle à pétrole de la société de Dion Bouton et cie créé en décembre de l’année précédente.

Le marché explose et on ne dénombre pas moins de 37 nouveaux constructeurs en 1905, tous oubliés ou presque aujourd’hui. Parmi eux Brennamotor en Allemagne, Berkley en Belgique, Berrini en Italie, Bonin, Excelsior, Motovélo, et SIA, en France, Fairy, Hazelwood, NLG en Grande-Bretagne, Eenhoorn en Hollande, Helvetia en Suisse, Nelk Motor Coster aux États-Unis, etc.

Bruits de bottes obligent, 1915 n’est pas une grande annéeavec une nouvelle marque aux États-Unis: Autoped et huit en Grande-Bretagne, mineures à l’exception de Crescent-Rudge.

Records battus en 1925 avec 51 nouvelles marques répertoriées dans à peu près tous les pays, dont trois, même au Japon: Aero Fast, Musashino et Thunder et une pour la Hongrie: Nuva. Et puis en vrac: pour la France, Durandal, GD (Geo Dupuy), Monotrace; pour l’Italie: F.M Molteni et ses cadres en alu coulé en Italie, Mc Evoy en Grande-Bretagne et Standard en Allemagne

Nouvelle période trouble 1935 ne fête que 17 anniversaires parmi lesquels nous retiendrons Malaguti en Italie, Rikuo au Japon et Salsbury aux États-Unis. 

La guerre se termine en 1945 et dix marques à peine fêtent leurs soixante-dix bougies, mais non des moindres deux anciens avionneurs reconvertispour commencer: MV Agusta et l’Aeronautica Macchi qui débute avec un triporteur animé par un 750cm3 flat twin le Macchitre avant de venir 8 ans plus tard au scooter puis à la moto et unconstructeur de TSF, Ducati qui se reconvertit dans le deux roues motorisé avec le Cucciolo. Enfin apparaissent cette même année Emuro et Health au Japon et Sanglas en Espagne 

1955: Explosion de soixantenaires: Ratier et Valmobile, en France. Claeys Flandria en Belgique. Enfield en Inde. KTM en Autriche. Piatti en Italie.

Enfin Yamaha et Kawasaki-Meihatsu et une dizaine de marques mineures au Japon qui bouillonne littéralement. 

1965. La moto se meurt tout comme le scooter et on dénombre à peine plus de trois marques nouvelles: Bimm en Italie, Dresda en Grande-Bretagne, Lambretta API en Inde 

1975: le marché va mieux, mais aucun acteur notable ne semble toutefois apparaître cette année-là

1985 semble à peine plus riche. Désormais la mode est plutôt aux regroupements qu’aux naissances.

….