« Concept-car. Beauté pure » au musée de Compiègne

Cessons de nous plaindre que les musées français dorment et oublient la moto. Un vent de renouveau souffle fort et cela commence avec l’extraordinaire exposition « Concept-car. Beauté pure »  au musée national de la voiture au château de Compiègne consacrée au design et aux concepts cars. 28 véhicules et études style d’exception vous attendent du 29 novembre 2019 au 23 mars 2020 et la moto n’est pas oubliée, avec quelques pièces uniques et, en vedette, l’incroyable Major italienne de 1947, sur laquelle je reviens dans le prochain article.

Par François-Marie Dumas – Photos F-M. Dumas/moto-collection.org –  Giorgio Sarti et Musée de Compiègne.

La Terrot 350 flat twin deux temps de Cuzeau en 1919

Le musée national de la voiture de Compiègne inauguré en 1927 fut le premier musée au monde dédié à la locomotion et il est vrai que les collections exposées au Chateau sont particulièrement riches avec une centaine de véhicules hippomobiles du 17e au début du 20e siècle, une trentaine de voitures, quelques rares motocyclettes dont l’Antoine quatre cylindres de 1904 et la Terrot Cuzeau flat twin de 1919 et une belle exposition des premiers cycles. Tout cela avouons le est bien antique, mais les miracles arrivent. Le musée national de la voiture à Compiègne dirigé par Rodolphe Rapetti a accueilli le 2 septembre dernier un nouveau conservateur en chef, Richard Keller qui veillait depuis vingt ans aux destinées de la Cité de l’Automobile ex musée Schlumpf à Mulhouse et cette nouvelle direction annonce aujourd’hui une nouvelle ambition qui se concrétise avec cette exposition consacrée aux concept-cars.  Aurons-nous bientôt en France un vrai musée national dynamique de l’auto et de la moto ? Tout commence bien en tous cas avec cette exposition unique qui a eu le bon goût de faire venir des motos d’exception de toute l’Europe. La Major importée du musée NSU de Neckarsulm, le Vespa 125 de records emprunté au musée national des sciences et techniques de Milan, etc. Dommage que Richard Keller n’ait pas pris dans sa valise le rarissime Scott Sociable perdu au milieu des Bugatti à Mulhouse, ou emprunté la vraie première moto, la Louis Guillaume Perraux conservée au musée départemental de Sceaux. La liste des concepts models motocyclistes est longue et mériterait une exposition à elle toute seule. Espérons que ce sera pour bientôt, en attendant précipitez vous sur ce premier show du renouveau qui vous attend du 29 novembre au 20 mars 2020.

 ➡ Cliquez sur les liens en bleu pour accéder à l’historique complet des motos citées

La moto n’y est certes pas majoritaire, mais elle ne réunit que des pièces uniques, la 1000 Antoine quatre cylindres de 1904, l’étonnant Terrot Cuzeau flat twin de 1919 et la sublime MGC dans son ultime version quatre cylindres prototype de 1938. Si les autres deux et trois roues exposés sont tout aussi fascinants, on s’écarte du thème de l’exposition dédié aux études de style d’avant garde pour se tourner vers les véhicules de record, qui sont, il est vrai et par nature, parfaitement aérodynamiques. Je ne me souviens pas d’avoir vu en France une telle réunion : les cigares Lambretta de 1950 et Vespa 125 cm3 à pistons opposés des records du monde en 1950 et le Siluro Aermacchi conçu par Lino Tonti avec un 75 cm3 double ACT et piloté en 1956 par Massimo Pasolini, le papa de Renzo. Enfin plus moderne et presque incongru ici, le side-car Kawasaki-MOC 1100 cm3 des records de Philippe Moch en 1975. Autre trois roues étonnant, l’Isetta Velam des records de 1957 importée pour l’occasion du manoir de l’automobile à Lohéac. Deux quatre roues enfin, ont toutes les raisons de figurer dans moto-collection.org. Le si exotique Hélica de 1919 du aux ateliers Leyat propulsé par une hélice entraînée au choix du client par un bicylindre en V Anzani ou par un bicylindre à plat ABC de 1100 cm3 tout à fait semblable à celui des motos ABC longuement étudiées dans ce blog à l’occasion de leur centenaire. L’autre quatre roues fortement teinté de moto est le très beau Nibbio de 1935 propulsé par un monocylindre Guzzi 500 cm3  de la marque . (Déjà longuement présenté ici à l’occasion de sa participation au concours d’élégance de la Villa d’Este 2017).

Pour compléter cet article avec des photos, merci de me joindre sur info@moto-collection.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *