Web Analytics Made Easy - StatCounter

les fiches


La plus grande encyclopédie en ligne
sur l'histoire mondiale de la moto


Plus de 2000 fiches interactives avec photo,
historique et caractéristiques complètes de chaque moto.


Collection Moto BSA 500 1928-1932
BSA
500
S 32/8 Sloper
1928 - 1932

Collection Moto Zehnder 110 1927-
Zehnder
110

1927 -

Collection Moto Motobcane - Motoconfort 500 1938-1938
Motobécane - Motoconfort
500
S5C Superculasse Armée
1938 - 1938

Collection Moto Wooler 350 1919-1921
Wooler
350
2 3/4 HP Flying banana
1919 - 1921

Collection Moto Laverda 75 1951-
Laverda
75
Motoleggera
1951 -

Collection Moto Peugeot 100 1939-1959
Peugeot
100
Triporteur 53 TM, 55 et 57 TN
1939 - 1959

Collection Moto Terrot 500 1929-1930
Terrot
500
NSSO 2
1929 - 1930

Collection Moto Fust - JFC - Delfin 247 1927-1929
Fusté - JFC - Delfin
247
Villiers
1927 - 1929

Collection Moto Ducati 500 1976-1981
Ducati
500
GTV
1976 - 1981

Collection Moto Honda 125 1973-1976
Honda
125
TL Bials
1973 - 1976

Collection Moto Flying Merkel 1000 1911-1917
Flying Merkel
1000
model 71
1911 - 1917

Collection Moto Motom 98 1955-1960
Motom
98
98 T
1955 - 1960

Collection Moto Koehler Escoffier 500 1914-
Koehler Escoffier
500
Mandoline 2 vitesses
1914 -

Collection Moto MV Agusta 125 1964-1965
MV Agusta
125
GP Disco rotante
1964 - 1965

Collection Moto Cagiva 125 1990-1997
Cagiva
125
Super City
1990 - 1997

le blog


Motos et motards
au fil du temps


Un peu d'actualité rétro et quelques tranches d'histoire de la moto
avec une forte prédilection pour ce qui est curieux,
innovant ou inconnu.




Collection Moto Les raids fous de Monneret

Les raids fous de Monneret
Jamais à court d'idées, et toujours prêt à payer de sa personne pour qu'on parle de lui, de la moto en général et surtout de celles qu'il commercialisait, Georges Monneret, un as du marketing qui n'avait pas froid aux yeux a organisé les raids les plus fous de 1948 aux années 60. On le retrouve en 35 photos et 2 vidéos.
Moto Collection  Lire l'article


Collection Moto  Kerlo et son orchestre refont la 250 Honda-6

Kerlo et son orchestre refont la 250 Honda-6
Pour couronner l'exposition de moteurs de compétition qu'il organise pour le Sunday Ride Classic, Yves Kerlo et son orchestre ont eu l'idée folle de réaliser à partir de rien une maquette à l'échelle 1, du moteur de la Honda 6 cylindres que fit si bien chanter Mike Hailwood. Mission réussie… et comment !
Collection Moto Kerlo et son orchestre refont la 250 Honda-6 Lire l'article

Collection Moto  Top Mountain Museum : 500 motos

Top Mountain Museum : 500 motos
Après un premier chapitre consacré aux motos françaises, la visite du Top Mountain Museum se continue avec près de 100 photos.
Collection Moto Top Mountain Museum : 500 motos Lire l'article

Collection Moto  Top Mountain Museum : 60 000 visites !

Top Mountain Museum : 60 000 visites !
Un projet pour vos vacances : la découverte des 500 motos exposées au Top Mountain Museum. Surprise, il y en a une quarantaine de françaises et le musée attire 60 000 visiteurs par an. Alors, pourquoi pas de grand musée de la moto chez nous ?
Collection Moto Top Mountain Museum : 60 000 visites ! Lire l'article

Collection Moto  Issoire 2023 :

Issoire 2023 : "Les copains d'abord"
Il y a les grandes manifs et leurs grandes foules et puis des réunions, comme celle d'Issoire les 11 et 12 mars derniers, avec, seulement, une petite centaine de motos anciennes, exceptionnelles et françaises pour la plupart et leurs propriétaires ou pilotes, bref, que des copains de longue date.
Collection Moto Issoire 2023 :  Lire l'article

Collection Moto  Salon du 2 roues - Lyon #2 : Les vieilles en vie

Salon du 2 roues - Lyon #2 : Les vieilles en vie
L'extraordinaire dans ce Salon-du-2-Roues, c'est que nos motos anciennes y sont totalement dépoussiérées et réintégrées au monde d'aujourd'hui et c'est bien. En deux jours, j'ai piétiné 14 km et je n'ai même pas tout vu, mais voici en 80 photos ce qui m'a le plus plu.
Collection Moto Salon du 2 roues - Lyon #2 : Les vieilles en vie Lire l'article

Collection Moto  Salon du 2 roues à Lyon #1: le centenaire de Motobécane

Salon du 2 roues à Lyon #1: le centenaire de Motobécane
38 photos pour vous raconter la formidable exposition organisée par le club Motobécane pour les 100 ans de la marque au Salon du 2 roues à Lyon.
Collection Moto Salon du 2 roues à Lyon #1: le centenaire de Motobécane Lire l'article



Les raids fous de Monneret

Cliquez pour lire l'article

Jamais à court d'idées, et toujours prêt à payer de sa personne pour qu'on parle de lui, de la moto en général et surtout de celles qu'il commercialisait, Georges Monneret a organisé les raids les plus fous de l'immédiat après-guerre aux années soixante. Traverser la Manche en Vespa, aller chercher un bidon d'huile à Hassi-Messsaoud, ou aller de Dunkerque à Monaco en famille et en plein hiver sur un 50 cm3, etc. Jojo était un as du marketing, et un sacré bonhomme qui n'avait pas froid aux yeux.

1948 février : Paris-Alpes d'Huez en D45

Le premier exploit de notre champion dans l'après-guerre, nous ramène en février 1948 où Georges Monneret, bouillant quadragénaire accompagné de ses jumeaux Pierre et Jean âgés de 17 ans et dont c'est la première épreuve officielle, fait le pari de battre le train sur un Paris-Alpes d'Huez au guidon de la toute récente et déjà très populaire D 45 Motobécane qui est alors seul quatre-temps de grande série.

Coup de pub monstrueux, le départ du trio Monneret est donné à Paris le samedi 31 janvier à minuit pétant par le célébrissime boxeur Marcel Cerdan, grand ami de Georges. La foule est au rendez-vous, de même que toute la grande presse quotidienne qui va rendre compte de l'exploit. Il fait froid, il fait nuit, la pluie menace, et la caravane s'ébranle suivie par un camion d'assistance et trois voitures bondées pour les contrôleurs, les amis et les journalistes. Georges en tête et les deux petits dans son sillage, les 125 moulinent inlassablement frisant parfois les 65 km/h ! Lassant et épuisant, certes, mais après 13 h 44 dont une heure de perdue en trois arrêts ravitaillement à Saulieu, Lyon et Grenoble, les trois Monneret gagnent leur pari avec pour seul ennui, une ampoule de phare grillée. L'arrivée est fêtée en grande pompe le dimanche un peu avant 14 heures à Alpes d'Huez qui est alors le rendez-vous d'hiver de tout le gotha parisien avec des champions sportifs de toutes disciplines dont Chevalier, Franconi pour la moto et même le très jeune Burgraff qui apparaît sur les photos.

Cette réussite va sans nul doute accroître encore la liste d'attente pour une D 45 car jusqu'en 1949, il faut toujours un bon d'achat pour acquérir une 125 et la liste est longue. On a du mal aujourd'hui à apprécier la portée d'un tel événement, mais il touche alors le rêve le plus intense de tous : voyager librement et à bas prix.  Le train est battu à plate couture, en temps et, surtout, en budget. En train puis en car, il faut en effet 15 h 30, soit deux heures de plus sur le même trajet. 

Nos trois D 45, elles, n'ont mis que 13 h 44 pour couvrir les 670 km à 48,73 km/h de moyenne et surtout elles n'ont consommé chacune que 16 litres du précieux carburant qu'on a encore bien du mal se procurer en 1948 (à 90 F/l soit env. 3,5 € alors qu'un ouvrier spécialisé gagne 100 F (3,6 €/h de l'heure). Cela donne 2,58 litres aux 100 km et 432 F (env. 16 €) d'essence, un prix dérisoire comparé au train qui, à 2,25 F/km en troisième classe début 1948, aurait coûté 1?507 F (env. 54 €) pour 670 km. 3,5 fois plus ! Oublions le car pour monter en station et les péages, mais en faisant le même calcul aujourd'hui, une 125 qui aurait miraculeusement la même consommation brûlerait 24 € de carburant pour 670 km alors le train + car pour l'Alpe d'Huez prend actuellement environ 3 h 40 et coûte de 22 à 80 € !

Le blog a déjà consacré ICI un article complet avec toutes les photos de cette équipée.

1950 : 21 au 27 mars les 6 jours des Monneret à vélomoteur

Quelques tours de Paris en vélomoteur à moteur Vélorêve fabriqué par Cicca  : 3088 km à 21,4 km/h de moyenne pendant 144 h avec un changement de pilote toutes les 8 heures.

1952 : Paris-Alpes d'Huez en Vespa

Georges Monneret aime décidément bien Alpes d'Huez et, comme son premier raid de 1948 en D 45 Motobécane lui a rapporté une belle publicité, il remet ça le 26 février 1952 avec cette fois un Vespa ACMA 125 et la chanteuse de jazz Jenny Miller en tand sad.  Départ de Paris à minuit le 26 février 1952. Ils bravent évidemment tous les ennuis de saison, pluie, neige, verglas et brouillards, mais ils arrivent, frais, faute d'être dispos, à l'Alpe d'Huez à 12 heures le lendemain, soit 621 km à 51,53 km/h de moyenne, ravitaillements compris. Avec une consommation de 3 l/100 km le trajet a coûté cinq fois moins que le train et a pris moins de temps.

[vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=hkDTv8y32zc" align="center"]

1952 octobre : traversée de la Manche en Vespa

Sept mois plus tard et toujours en Vespa, Georges Monneret fait encore très fort en décidant de relier Paris à Londres, y compris la traversée de la Manche (Calais - Douvres), en attachant sa vespa sur une coque de type catamaran.

Départ le 8 octobre 1952 une nouvelle fois à minuit depuis la place de la Concorde à Paris. Il rallie Calais en 4 h 55 où sa Vespa est arrimée sur une plate-forme supportée par deux flotteurs. La roue avant fait office de gouvernail et la roue arrière actionne un rouleau qui entraîne une hélice à trois pales. Un réservoir supplémentaire de dix litres est également installé sous la selle arrière du Vespa. Calais n'est qu'à 32 km de Douvres, malheureusement "les éléments" ne sont pas de son côté, la mer est agitée ! Un des journalistes sur le bateau suiveur me racontait qu'ils avaient tous passé la traversée à… nourrir les poissons ! Monneret, lui ne décroche pas, à fond de seconde jusqu'à ce qu'une clavette sur la transmission cède à mi-parcours. La réparation est évidemment impossible sur place, et il retourne vers la France en remorque.

Pas question d'abandonner, Georges est têtu et il repart le lendemain à 8 heures. Pas d'ennuis cette fois et Douvres est rallié en 5 h 30

[vc_video link=" https://www.youtube.com/watch?v=JumAg29L7dY" align="center" title="On peut revivre l'exploit sur un film de la BBC dans l'émission Men on the Move."]

Janvier 1953 : Lisbonne-Paris-Montecarlo en René Gillet 250

Lisbonne - Paris - Clermont-Ferrand - Monte-Carlo, Une bien belle pub pour la nouvelle René Gillet 250 cm3 deux temps dont Georges Monneret vend une version rebadgée "Spéciale Monneret" dans ses magasins. Malheureusement si l'exploit est réussi, les ventes ne s'envoleront pas pour autant.

Le trajet Paris-Lisbonne se fait sur une remorque, et le départ est donné depuis la capitale portugaise. Dûment contrôlés par les commissaires de la FFM, Georges Monneret et son fils Pierre, qui se relaient, vont parcourir 3356 km en 65 h 39 minutes soit à 51 km/h de moyenne et en une seule étape avec pour seuls ennuis 4 quatre changements de bougie et un décalaminage.

Nous sommes fin janvier, il va pleuvoir, neiger, ils auront du brouillard à couper au couteau, du verglas et même un moins 17 °C à Burgos. Georges Monneret en profite pour tester et promouvoir la combinaison étanche que vendent ses magasins ! Rien ne se perd.  En voyant sur photos leurs têtes boursouflées par le froid et leurs mains qu'il tiennent en l'air en grimaçant lorsqu'ils arrivent à un relais, ces 3356 kilomètres n'ont pas dû être une partie de plaisir.  De Lisbonne à Hendaye en passant par Bajadoz, Merida, Maqueda, Madrid, Burgos -17° !), et Saint-Sébastien, Hendaye, Pïerre a couvert 1120 km à 55 km/h de moyenne arrêts compris. Georges prend la suite : Saint-Jean-de-Luz, Bayonne, Belin, Talence, Bordeaux, Angoulême, Poitiers, Tours, Paris, Reims puis retour vers Paris. Pierre reprend le relais vers Fontainebleau, Saint-Flour sous la neige et Valence.  Georges finira ce grand tour par Gap, Sisteron, Digne, Grasse et Monte-Carlo.

1959 27 avril / 2 mai : Raid du Pétrole, Paris - Hassi-Messaoud

En 1959, les compagnies pétrolières alors au summum de leur puissance décident de réduire leur production, ce qui fait inévitablement monter les prix à la pompe. Georges Monneret se dit illico qu'il y a là une bonne occasion pour promouvoir la vente des Vespa qui remplissent ses trois magasins. Il quitte donc Paris le 27 avril 1959 en Vespa ACMA 150 cm3 pour rallier les puits de pétrole d'Hassi-Messaoud dans le Sud algérien. Ce pari, insensé en pleine guerre d'Algérie, est pourtant tenu et cinq jours plus tard, le 2 mai 1959, notre Jojo national revient avec un bidon du précieux or noir.

Mai/juin 1962, Dunkerque - Hazebrouck - Monaco en 50 cm3 Vap et en famille

Georges Monneret fait volontiers participer ses proches à ses exploits, on l'a vu précédemment avec ses fils Pierre et Jean et il fait mieux encore en mai-juin 1962 avec ce raid en 50 cm3 avec son épouse Dominique en tand sad et son dernier fils de 4 ans, Philippe, derrière, dans une petite remorque monoroue. Le 50 cm3 est le très beau Vap "Spécial Monneret" dans sa version vélomoteur à 4 vitesses par sélecteur, sans pédales, ni bridage à 50 km/h (contrairement à ce qui sera annoncé sur les publicités vantant l'expérience avec le Special Monneret à pédales et 3 vitesses !). Départ donné à Dunkerque, passage une cinquantaine de kilomètres plus loin à l'usine VAP d'Hazebrouck puis direction Monaco soit 1500 km que Monneret promet de couvrir avec un budget d'essence de 30 F (environ 50 €) . Le parcours est effectué en quatre jours dans des conditions climatiques épouvantables jusqu'à l'arrivée vers la Côte d'Azur. Dominique (qui sera plus tard l'épouse de Jack Findlay) tombe malade et est remplacée pendant une partie du trajet par Denise Rey, la femme de Christian Rey alors rédacteur en chef d'alors de Moto Revue. Elle remontera en selle pour l'étape finale. Philippe Monneret dans la remorque respire allègrement les fumées du 2 temps, ce qui ne le détournera pas de la moto, bien au contraire. Paris teni : le Vap Spécial Monneret avec son équipage finit avec une note d'essence 38,50 F soit 63 € pour 2,5 personnes sur 1500 km. Un record d'économie impossible à battre aujourd'hui.


Vous aimez la moto et les belles et rares mécaniques ?
Moto-collection.org en retrace toute l'histoire
avec une étude exhaustive de près de 500 marques et 2000 modèles dans les fiches,
un blog pour des articles approfondis sur les réalisations les plus extraordinaires
et les grandes manifestations de motos anciennes,
des présentations des derniers livres parus en français sur notre passion,
et une liste des musées et des clubs les plus importants.

Bonne lecture et bonne route
François-Marie Dumas
info@moto-collection.org


www.moto-collection.org

Attention, moto-collection.org ne propose pas de motos à la vente, ni neuve ni d'occasion
et vous n'y souscrirez pas non plus d'assurance.
Nous dissèquons pour vous toutes les motos qui constituent la collection idéale.